Oubli des identifiants ? - Inscription

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à mesurer la fréquentation du site et à la suppression de ce bandeau d'information. En savoir plus

J'accepte

Retour au front : Gears of War Ultimate Edition

Aller an bas de page Bas de page
  • Lire l'article
  • Les avis
  • Les Images
  • Les Vidéos
  • Jeux en relation

Retour au front : Gears of War Ultimate Edition Retour au front : Gears of War Ultimate Edition

MICROSOFT XBOX ONE

Le 22 Décembre 2015 - Par Gunmax - article lu 667 fois - Moyenne de 17,00

Du sang, des tripes, des gros flingues, de la testotérone et des mecs qui en ont des grosses là ou il faut, bienvenue dans Gears Of War (GOW) Ultimate Edition.


Cette Ultimate Edition n'est ni plus ni moins que l'équivalent d'une définitive édition chez Square-Enix, ou d'un Remastered chez Sony, à savoir, un jeu sorti il y a plus ou moins longtemps et remis au goût du jour avec les technologies désormais disponibles. Cette pratique fait actuellement couler beaucoup d'encre. Pour certains les développeurs ont axé leurs politiques sur cette manne d'argent facile. Si dans certains cas c'est vrai, comme toute chose il faut relativiser.



 

Jusqu'à présent Microsoft a intelligemment - et avec parcimonie - utilisé cette pratique en ressortant des jeux cultes mais également assez vieux : on pense bien sûr la Master Chief Collection avec les premiers HALO tous beaux tout neufs. Avec Gears of War, la firme de Redmond s'inscrit encore dans ce créneau. On fait certes un remaster mais avec un jeu suffisamment vieux (Gears premier du nom à bientôt 10 ans) et culte pour justifier cette pratique, loin devant des SQUARE-ENIX et un Tomb Raider (au demeurant très bon) de 2013 et un Sleeping Dogs tout juste lifté de 2012, ou dans une moindre mesure, SONY avec un The Last Of Us Remastered (très bon également) sorti un an avant sur Ps3. Donc si l'idée est séduisante, qu'en est-il de cette Ultimate Edition de GOW?


 

 

"DU SANG ET DES TRIPES! ENCORE UNE BELLE JOURNEE BIEN REMPLIE"

 

A l'origine Gears of War a été créé en 2005 par EPIC GAMES pour mettre en avant son puissant moteur maison : l'Unreal Engine 3. Sorti en exclusivité sur Xbox 360, le jeu s'impose rapidement mais pas uniquement pour ses qualités techniques uniques à l'époque. Il va devenir le nouveau maître étalon du TPS en démocratisant un gameplay simple et efficace qui fait loi depuis dans nombre de TPS. Plus d'un an après, cet opus sortira sur PC avec quelques ajouts complémentaires et connaîtra 3 épisodes supplémentaires, tous exclusifs à la console de Microsoft.

EPIC ayant cessé d'officier sur la licence, Microsoft se devait de trouver un remplaçant. C'est chose faite avec THE COALITION le nouveau studio en charge de la saga qui développe un Gears of War 4 prévu pour l'année prochaine. En attendant le studio s'est fait la main sur ce remaster.

Avant de développer plus avant les propos sur ce jeu, refaisons un petit point sur l'histoire, puisque certains découvrent peut-être le jeu cette année. GOW prend place 14 ans après le jour de l'émergence sur la planète SERA. SERA est une planète où vivent des humains, et, ces derniers ont découvert une nouvelle ressource appelée imulsion. Les nations disposant des gisements d'imulsion devinrent puissantes et une guerre sans précédent qui dura 77 années s'engagea entre les différentes nations. Ce conflit fût appelé les guerres pendulaires. Une difficile et relative paix fût trouvée avec la création de la CGU (Coalition des Gouvernements Unis) afin de faire front face à un nouvel ennemi capable d'anéantir l’humanité : les Locustes!

En extrayant l'imulsion des sous-sols de Sera, les humains ont tué des milliers de locustes, une race alien vivant dans les profondeurs de la planète. Les locustes ont décidé de réagir et sont donc entrés en guerre contre les humains. Le jour ou les locustes ont émergé à la surface fût nommé le jour de l'émergence. GOW commence donc 14 ans après le début du conflit sur une Sera complètement dévastée.

 

Le joueur incarne Marcus FENIX. Son ami de longue date Dominic SANTIAGO le libère de prison au moment où le jeu démarre. En disgrâce auprès de l'armée on apprend au fil de l'aventure que Marcus a été un soldat de la CGU et serait passé en cour martiale. L'aventure de GOW va donc suivre Marcus et son groupe de 3 autres soldats : Dom donc, Baird et Cole dans une quête pour tenter de reprendre enfin l'avantage dans une guerre qui s'éternise et qui épuise les humains. Leur mission est de prime abord simple : récupérer le résonateur, un appareil permettant de cartographier les tunnels locustes sous Sera pour ensuite aller y mettre une bombe. Sauf que bien sûr tout va se compliquer.


 

 

 

" OH CA DAUBE! CES MECS SE LAVENT A LA BOUSE OU QUOI. "

 

Deux choses se passent lorsqu'on pose les mains sur cette Ultimate Edition: la première c'est le plaisir de rejouer à Gears bien entendu et la seconde c'est d'y jouer dans ces conditions. En effet, on reste admiratif devant le travail accompli par THE COALITION. Le jeu est tout simplement splendide. Le studio a retravaillé l'intégralité du jeu et ça se voit. On est face à un GOW next gen, graphismes détaillés, animation revue, textures affinées tout y est. Alors certes, il y a des limites à ce lifting, nous ne sommes tout de même pas au niveau d'un Rise of The Tomb Raider ou d'un Battlefront ou encore d'un Halo 5 mais on s'en approche tout de même bien.

Les animations ont été revues et gagnent en réalisme et en fluidité que ce soit dans les cinématiques ou dans les phases in-game par exemple lorsqu'on passe par-dessus une couverture. Je le disais également, nous avons droit à des graphismes bien plus détaillés, en fait, on s'aperçoit que le jeu fourmille d'une multitude de détails et on prend plaisir fou à certains instants à admirer le décor - ou les morceaux d'un locuste étalés sur le sol après un bon tronçonnage au lanzor - tant il y a une sensation de redécouverte du jeu. Le tout est renforcé par des textures affinées bien plus agréable à l'oeil. Mais là où le travail des développeurs est encore plus frappant c'est sur les jeux de lumière.

Et pour se rendre compte du boulot sur les éclairages quoi de mieux que le premier épisode et son acte II avec les Krylls, sortent de chauve-souris mangeuses d'Hommes (et de locustes) dès lors que vous êtes dans le noir. Cet acte nécessite donc de recourir à toutes les sources lumineuses que l'on trouve pour progresser mais il permet de voir les contrastes entre les projections des d'ombres, les reflets,etc.  Au delà de cet acte nocturne, les passages de jour sont très beaux aussi.

 

Sur la partie visuelle du titre, on ne peut qu'être admiratif du job fourni par THE COALITION qui livre un vrai remaster.


 

 

" 1...2...3... 4... 5! ENCULES! "

 

Pour le reste, les développeurs n'ont que très peu touché à l'essence du jeu. Hormis quelques ajustements de gameplay issus des épisodes suivants de la saga notamment sur les déplacements qui sont moins lourds. Le gros bémol du premier GOW c'était la lourdeur, le côté pataud des héros dans leurs déplacements. Chose qui avait été revue notamment dans le 3 ème épisode. Attention les gears ne se déplacent pas comme Faith de Mirrors'Edge, la "lourdeur" des déplacements étant une caractéristique du gameplay, mais dans le premier épisode c'est presque trop, d'où l'ajustement opéré dans le 3 par EPIC. THE COALITION reprend ici cet équilibrage et c'est tant mieux.

Parmi les quelques ajustements on trouve également un autre héritage issu des opus suivants, c'est le Kaomax - le fusil d'assaut locuste - un peu faible dans le premier Gears en termes de dégâts causés. Là encore le studio a apporté quelques changements. Comme dans le 2 et surtout le 3 on prend plaisir à jouer le Kaomax qui n'est plus un choix par défaut. On regrettera cependant que, quitte à aller au bout des choses, les développeurs n’ont pas jugé bon d'inclure la mire métallique du 3 ème épisode. Et puisqu'on parle des manques, il est dommage que cette Ultimate Edition ne contiennent pas toutes les features de gameplay introduites au fil des épisodes comme la possibilité de planter les grenades dans des murs. Il est certes compréhensible qu'il s'agit d'un remaster et qu'il faut rester fidèle au jeu d'origine mais cela n'entache en rien l'expérience de jeu et aurait apporté une plus-value supplémentaire à cette édition.

 

Cependant, une plus-value, il y en a une belle dans cette Ultimate Edition, c'est l'ajout des chapitres supplémentaires de l'acte V. Chapitres fort bons qui plus est. En effet, lors de sa sortie en 2007 sur PC, le jeu avait bénéficié de 5 chapitres inédits ajoutés dans l'acte V de la campagne. Et quels chapitres ! Il est donc très agréable de pouvoir enfin les jouer sur Xbox et de les voir profiter de ce lifting. Les chapitres en question se déroulent sur la fin du jeu alors que l'escouade de Marcus tente de rejoindre le train où se trouve la bombe censée détruire les tunnels locustes, train pris d'assaut par le terrible Général Raam - bras droit de la reine locuste - qui constitue le boss final du jeu. Dans ces morceaux supplémentaires, les gears sont pourchassés par un Brumak (une sorte d'AT-TT vivant) et sont obligés de faire un détour par la centrale électrique de Timgad afin de rejoindre la gare. Ces passages contiennent quelques moments d'anthologie. On les retrouve donc avec plaisir.

 

 

 

" RATE! VA CHEZ L'OPTICIEN CRETIN! "

 

Pour le reste on retrouve les mêmes qualités et défauts présents dans le jeu d'origine. A savoir une campagne qui alterne de manière idéale les intérieurs et les extérieurs auxquels s'ajoutent parfois des embranchements permettant de manière modérée tout de même de choisir son chemin (en haut ou en bas, à droite ou à gauche). Le level design est toujours aussi efficace, tout comme le gameplay. On retrouve vite ses réflexes : courir et glisser à couvert pour ensuite arroser les locustes et finir le dernier à la tronçonneuse dans un mélange de bruits, de cris et de sang. On retrouve même cette obligation qui consiste à se mettre à couvert puis à appuyer une seconde fois sur A pour passer par-dessus... pratique pleine de lourdeur et d'un autre temps.

Autre, et pas des moindres, défauts venu tout droit de la version originale de Gears of War : l'IA. Si celle des locustes n'est pas exceptionnelle, elle fait comme toujours le job, bien aidée par le nombre d'ennemis impliqués dans chaque affrontement et par une difficulté toujours bien corsée. C'est d'ailleurs appréciable de trouver une difficulté digne de ce nom tant c'est chose rare dans les AAA actuels. Mais je m'égare, revenons à l'IA, en particulier celle des "potos" de Marcus. Disons le tout de go : elle est CATASTROPHIQUE, et celle de Dom est pire que ça. Bonjour le boulet : toujours à aller au charbon, au milieu des tirs ennemis sans se mettre à couvert. Autant vous dire que le bougre appelle très souvent au secours pour qu'on le soigne. Les autres membres de l'escouade se comportent un peu mieux. Dans l'ensemble ils ne sont pas trop cons mais à certains moments ils craquent complètement et là c'est la débandade : toute l'escouade est à terre en quelques secondes. C'est assez pénible en jeu, d'autant que les passages ou l'escouade se retrouve séparée c'est avec Dom la plupart du temps que vous vous retrouvez ! Le pire c'est le combat final vous opposant à RAAM. Le bougre est déjà sacrément dur à vaincre en coop (en particulier en dément) alors autant dire qu'en solo c'est une vraie souffrance. Dom est à terre au bout de 20 secondes et RAAM n'a plus qu'à concentrer ses tirs sur vous uniquement... Bonne chance ! Il est donc extrêmement dommage que les développeurs n'en aient pas profité pour corriger cela.

Pour le reste, rien à dire, on retrouve les doublages habituels, de très bonne facture, Marcus FENIX en reste, puisqu'il est doublé par la voix française de AL PACINO (rien que ça !). Les autres personnages ne sont pas en reste, et toute cette fine équipe n'est pas avare en bavardages que ce soit en pleine action ou dans les rares moments de calme. Et leurs discussions sont très plaisantes à suivre, car souvent très drôles (vous avez quelques extraits de punchlines entre chaque paragraphe).

 

Enfin, terminons sur le contenu, lui aussi strictement identique au jeu d'origine. Au-delà de la campagne solo, il y a bien évidemment le multijoueur. Celui-ci est bien entendu dépourvu du mode horde apparu dans l'épisode suivant. On retrouve donc les classiques mode match à mort en équipe notamment, et plusieurs autres issus de la version d'origine du jeu. On retrouve également la notion de progression jusqu'au niveau 100 avec la possibilité de réinitialiser. Les parties multijoueur sont stables, les serveurs répondant bien et la fréquentation est relativement élevée.

 


 

 

" BAIRD, T'ES TOUJOURS LA? EUH, BAIRD EST AUX TOILETTES... LES GARS SORTENT L'ARTILLERIE LOURDE QUELQUE CHOSE SE PREPARE! "

 

 

 

Finalement, que dire de cette Ultimate Edition? Pour faire simple : elle est quasiment au top avec une refonte graphique totale qui nous permet d'être face à une vraie version next-gen du premier GOW: animations, effets de lumière tout y est. Bravo à THE COALITION qui a fait le job. Mis à part quelques ajustements de gameplay et la bonne idée d'intégrer les très bons chapitres exclusifs au PC, on retrouve le jeu tel qu'il était au moment de sa sortie mais dans un tout nouvel écrin. On reprochera peut-être deux choses : il aurait été bon de retravailler cette IA par moment déplorable, et, pourquoi ne pas avoir eu une Gears of War collection à l'image de ce qui a été fait pour Halo! Qu'il aurait été bon d'enchaîner la saga avec de tels graphismes. Malgré que le jeu ne soit qu'un remaster, il s'agit d'un bon remaster.


14/20.

Les Images

Les Vidéos

Les jeux en relation

Les Avis des Gamers

Avis de Docteur Jones86
Le 22 Décembre 2015 - Par Docteur Jones86 -
Moyenne de l'article 17 /20

Un bon article sur une saga culte mais à laquelle j'ai jamais accroché.

Aller en haut de page Haut de page
Rechercher uniquement dans :






Recherche avancée
connexion

Vous n'êtes pas identifié !

Pseudo
Mot de passe
Connecting