Oubli des identifiants ? - Inscription

Neo Pento - L'ultime guerre mondiale - Archive 01

Aller an bas de page Bas de page
  • Lire l'article
  • Les avis
  • Les Images
  • Jeux en relation

Neo Pento - L'ultime guerre mondiale - Archive 01 Neo Pento - L'ultime guerre mondiale - Archive 01

PC

Le 31 Janvier 2017 - Par PentoGGA - Moyenne de 20,00

Fallout 4 est pour moi le meilleur opus de la série et même le meilleur jeu de tous les temps. Attention je ne dis pas qu'il est parfait et certains points sont même rageants. Mais dans l'ensemble c'est un mastodonte dans l'histoire des jeux vidéo. Depuis qu'il est sorti j'y ai joué plusieurs centaines d'heures et c'est loin d'être fini. Je n'ai jamais écrit de test car il y a trop de choses sur lesquelles développer et je n'ai jamais eu le temps de faire un article Outlinerien car je n'ai jamais su par quoi commencer. J'ai décidé pour la première fois de raconter mon histoire (plus ou moins romancée) dans le jeu car, pour ceux qui ne le sauraient pas, les (vrais) jeux Fallout sont des RPG qui vous proposent divers choix selon lesquels l'histoire principale change du tout au tout. C'est vous qui écrivez le scénario au fur et à mesure de vos décisions lors des dialogues ou lors du choix de vos actes. C'est pourquoi je vous raconte la mienne avec les images que j'ai capturées tout a long de mon périple. Je n’ai évidemment pas pensé à tout capturer mais j'ai bien assez de matière pour vous montrer la diversité des anecdotes que ce jeu vous permet de vivre. Sous ce format narratif, je pense sortir plusieurs articles jusqu'à la fin du scénario principal et lorsque j'aurai terminé, je vous proposerai le test sur le gameplay et le côté technique du jeu.

 

------------------------------------


FALLOUT 4

 

Neo Pento

 

-


L'ultime guerre mondiale

 


Moi, c'est Neo Pento, mais tout le monde m'appelait simplement Pento comme mon grand-père. Je suis né en 2065 à New York, là où j’ai passé les 20 premières années de ma vie. Mon grand-père est né en France en 1983 et a réussi à faire fortune dans le monde du jeu vidéo grace à sa multinationale GoodGameAll.Com Corporation.

 

 

Neo Pento (Moi)

 

 

Grace à la richesse familiale j'ai été éduqué dans un milieu de grand confort et je n’ai pas eu de mal à réussir mes études durant lesquelles j'ai rencontré ma femme. Plus tard nous avons eu un bébé qu'elle voulut appeler Shaun.

 


Nora ma chérie devant " Les Feux De La Bourre"

 

 

Nous avions décidé de nous installer à Boston et la vie américaine était bien plus agréable dans ce quartier paisible plutôt qu’aux pieds des grattes ciel.

 

 

Les dernières photos qui me restent de notre quartier Sanctuary Hill

 

 

J’ai toujours eu la fierté d’avoir acquis cette vie sans avoir puisé abusivement dans la fortune de mon grand-père une fois avoir eu mon diplôme.

 

 

Notre petit cocon familial vu de l'intérieur. C'est papa qui avait posé la moquette

 

 

J'avais cependant intégré l'armée américaine car les enjeux mondiaux commençaient à devenir ambigus et semblaient prendre un virage crucial. Contre toute attente, la Chine nous menait vers la plus grande guerre mondiale de l'humanité. Et un beau jour, ce que nous redoutions le plus arriva. Même si nous n’imaginions pas que cela puisse vraiment se produire, des explosions atomiques ont surgi de nulle part et nous avons dû rejoint un bunker Vault-Tec à proximité pour nous mettre en sécurité. Nous sommes rentrés à temps puisque lorsque nous descendîmes, nous vîmes un horrible champignon atomique percer le ciel.

 

 

Voici ce que fut ma dernière image de mon monde d'avant guerre

 

 

Je ressentais une sensation tellement étrange ... Mais dans l’ensemble j’étais rassuré d’avoir ma femme et mon fils à mes côtés et je savais que le gouvernement allait s’occuper de nous et avait tout orchestré pour que nous puissions tenir dans ce bunker en toute sécurité. Le responsable de cet abris antiatomique portait le titre de superviseur et il nous a fait comprendre que nous devions nous placer dans des sortes de capsules le temps que les attaques externes se soient calmées et ayant une énorme confiance en Vault-Tec, qui est une très grosse compagnie, c'est ce que nous avons fait. Je me suis installé dans une et ma femme et mon fils dans une autre.

 

 

Installations dans les capsules de repos

 

 

Durant ce long sommeil, j'ai fait un horrible cauchemar. Des terroristes enlevaient Shaun et tuaient Nora. Ce qui forcément ne pouvait pas être réel puisque Vault-Tec était là pour nous protéger et que le bunker était infranchissable pour les terroristes.


 

L'image horrible de mon cauchemar

 

 

J'ai de nouveau fait cet affreux cauchemar mais ce coup-ci une chose avait changé. J'ai réalisé que tout ce à quoi j’avais assisté était bien réel. Ne me demandez pas comment je me suis réveillé ni comment ma capsule s'est ouverte mais j’étais bel et bien sorti et il n'y avait plus aucun bruit sauf celui de gouttes d'eau qui claquaient sur le sol. Je me suis dirigé directement vers la capsule de Nora et Shaun n'était plus là. Après ouverture, j'ai constaté son corps glacé et sans vie.

 


Le cadavre gelé de Nora

 

 

L'adrénaline était beaucoup trop intense et je me suis mis à trembler, pleurer et grincer des dents. Il fallait que je retrouve Shaun. Je gueulai dans le complexe comme si j'allais tuer tout le monde mais lorsque je suis sorti de la salle, le bunker semblait finalement complètement abandonné. Mais que pouvait-il bien se tramer ? Je n'en croyais pas mes yeux, je ne comprenais plus rien. On nous avait fait dormir durant ... en fait je ne le savais même pas ... 2 heures ... 2 jours .... Plus ? Il me fallait comprendre tout ça. Je devais fouiller l'abri tout en restant prudent.

 

 

Imaginez la sensation de boule au ventre lorsque vous marchez dans un tel contexte.

 

 

Après avoir croisé quelques cafards je suis tombé sur une macabre découverte. C'était le corps d'un résident de l'abri. Bon je dis un corps, mais en fait c'était un squelette. Mais depuis combien de temps cette personne était-elle morte ?

 



Le squelette d'un résident de l'abri 111

 

 

J'ai continué à fouiller toutes les salles. J'ai trouvé de la nourriture, à boire et des médicaments. Mais aucune trace de vie. Même les cafards étaient morts car ils étaient énormes et particulièrement agressifs avec moi. Ma stupéfaction fut de trouver un Pip-Boy qui fonctionne. Cet ordinateur portatif, doté d’une technologie de pointe, se fixe au poignet. Il vous fournit une multitude d'informations mais sert surtout à ouvrir ou à fermer l'abri. J'ai mis au moins 30 minutes à apprendre à m'en servir et lorsque j'ai vu la date en bas à gauche j'étais effondré.

 

 

Ordinateur portable Pip-Boy

 

 

Le pire dans tout ça c'est que je l'ai cru immédiatement puisqu’après avoir vu Nora congelée, l'abri vide et ce squelette étendu par terre cela faisait maintenant plus d'une heure que je me rendais à l'évidence d’avoir dormi beaucoup plus que deux jours. Je pensai même être sorti d’un long coma. Mais je pense que j’ai été moi-même gelé sauf que je m’en suis sorti. J'ai beau eu me pincer a de multiples reprises, j'étais bien là et réel. Mais Shaun ne pouvais pas attendre, il fallait que je sache où il avait été emmené. C'est donc à cette date que je suis sorti de l'abri 111 … Le 23 Octobre 2287

 

 

200 ans sans voir la lumière du jou, forcément ça pique.

 

 

Je me souviens que le soleil m’a ébloui comme jamais il ne l'avait fait. Mais après plusieurs sanglots d'irritation de rétines, j'ai posé mes yeux sur la vallée. Bon sang, j'avais complètement oublié cette histoire de bombes atomiques quel con ... ou plutôt était ce peut être normal après 200 ans de sommeil ? J’avoue que j’avais un sacré mal de tête et pas encore mes esprits remis à leur place. Ce qui était sûr c'est que ces champignons dévastateurs avaient changé la face de mon monde pour de bon.  Mon Pip-Boy était équipé d’un compteur Geiger et indiquait un fort taux de radiation. Mes narines me piquaient à chaque inspiration. A mon avis, je vais halluciner sur ce que je vais croiser si le monde est dans cet état post-apocalyptique. Heureusement que ma combinaison de l’abri était sensées me protéger un minimum des radiations.

 

 

Sortie de l'abri avec vue sur Sanctuary Hills 200 ans plus tard

 

 

Je ne vous cacherai pas que durant plusieurs semaines, j'ai complètement pété les plombs. Je ne savais pas où aller, quoi faire et j'ai surtout découvert que le monde était devenu un véritable enfer. Je préfère pour le moment ne pas vous raconter ce que j'ai réellement fait pour me sortir de la déraison qui commençait à prendre possession de ma personne. En plus, ces radiations ça a tendance à vous faire vriller assez vite. Tout ce que je peux balancer, c'est que j'ai mangé des trucs immondes, tuer des animaux horribles et féroces que je n'avais jamais vu. Quand j’étais vraiment défoncé, je me disais que j’évoluais dans un monde envahi par les extra-terrestres, les zombies et les monstres alors que je n'avais jamais soupçonné que ça puisse réellement exister… bref, de quoi devenir complètement barjo. Donc, pendant tout ce temps je suis arrivé à me faire discret jusqu'à ce que l'un d'entre eux me repère. J'ai réussi à le tuer avec courage et détermination. Si vous vous demandez à quoi il ressemblait, le voici en image. J'avais une grosse tremblotte mais le cliché reste net.

 

 

Ma première goule éliminée

 

 

Derrière le zombie, c'est un certain MacCready. Il est apparu dans le combat, sorti de nulle part. J’ai d’ailleurs failli lui tirer dessus pensant qu'il était l’une de ces immondices irradiées. Mais à mon grand soulagement ce n’était pas le cas, il est même venu m'aider et c'est la première fois que j'ai vu un humain qui semblait être comme celui que je suis depuis 200 ans. On parlait la même langue et il m'a dit qu'il habitait dans une sorte de ville arrangée appelée Goodneighbor et que si je le souhaitais, je pouvais le rejoindre au Bar "Le Troisième Rail" pour boire un verre. Je n'en revenais pas. Il existait encore des hommes dans ce monde cauchemardesque. Peut-être allais-je pouvoir leur poser pleins de question ? Sont-ils, eux aussi, sortis d'un abri ? Est ce qu'ils ont vu les mêmes atrocités que moi ou alors était ce juste le fruit de mon imagination ? Ce qui était sûr, c'est qu'avec MacCready, nous n'avions pas le temps de tergiverser et avons fui. On s'est raconté en quelques secondes notre passé à coups de bières (ou un truc du genre) mais on a un peu trop vite mal mené nos neurones et les seules choses dont je me souvienne c'est que MacCready recherchais lui aussi son fils, que les zombies s'appellent des goules et qu'ils sont loin d'être les pires démons qui vivent dans ce monde que je viens de découvrir ...et aussi de cette femme complètement ivre dont je n'ai aucun souvenir de l'interaction que nous avons eu avec elle ...

 

 

Une femme dormait encore lorsque nous nous sommes réveillés.

 

 

C'est un peu comme ça que mon histoire de sauveur de l'humanité a commencé. En tout cas à ce moment-là je n'étais qu'un voyageur du passé qui essayait tant bien que mal de s'intégrer dans ce futur improbable afin de retrouver Shaun au plus vite. Je dois bien avouer que des fois je me demandais comment il pouvait être encore en vie au milieu de tout ce bazar. Mais je n'avais que ce but à accomplir, alors avec MacCready on a commencé à traverser les terres désolées du Commonwealth à la recherche du petit. C'est en fouillant un vieux hangar de pêcheurs que j'ai trouvé ma première armure assistée. Elles avaient été conçues, avant que la guerre éclate, par l'armée américaine. Elles sont automatisées et vous offrent une protection non négligeable contre les armes lourdes ou les chutes de plusieurs dizaines de mètres. Très utiles pour porter un maximum de matériels sans être en surcharge, les plus élaborées sont même équipées d'un Jet pack. En tout cas, le fait d'en avoir trouvé une en état fut une aubaine et j'en ai pris soins jusqu'à ce que je lui trouve un lieu sûr pour pouvoir la planquer.

 


MacCready qui me prend en photo dasn ma première armure assistée

 


Sur la route MacCready m'avait parlé d'un mouvement de personnes qui se faisaient appeler les Miliciens et qui avaient pour but de reconstruire des villages pour les humains comme nous et mettre les goules ou autres énergumènes mal intentionnés hors de nuire. En plus d'avoir le but de retrouver Shaun, je me retrouvais bien dans ce nouveau challenge et j'ai décidé de rejoindre le mouv’ dès que nous croiserions l'une de leur troupe . Alors on a profité de s'arrêter à Graygarden. Il y avait des rumeurs comme quoi cette ferme était automatiquement gérée par des robots qui récoltaient des légumes, mais pour le compte de personne. Leur programme d'application n'avait jamais été éteint. Alors on a commencé par fabriquer des lits sur le tronçon d'autoroute au-dessus avec un accès simplifié grâce à des escaliers dont on s'est vraiment fait chier à mettre en place.

 

 

Colonie Graygarden aménagée avec l'aide de MacCready

 

 

On était fier de faire ça et espérions que la vie allait enfin pouvoir reprendre si nous mettions toutes les chances vers cette direction ... du moins le minimum vital. En tout cas nous pensions à tout, aux postes de garde, aux tourelles défensives, à l'eau potable et nous avions même pour objectif de trouver un moyen de faire arriver l’électricité pour avoir l'avantage sur la violence sauvage qui avait repris le dessus au fil du temps.

 

 

Partie inférieure de Gaygarden

 

Une fois les bases posées, nous décidâmes de reprendre la route en espérant voir de nouveaux réfugiés lors de nos futurs passages.

 

 

MacCready, le BG des terres désolées

 

 

Après plusieurs heures de marche, nous avons croisé un groupe de miliciens avec qui nous avons sympathisé. Ils partaient pour s'installer dans un château abandonné. Leur chef Preston m'a demandé de les aider car le lieu était infesté par des créatures vraiment dégueulasses. Des sortes de crabes géants irradiés crachant du venin acide. Mais le pire ça a été quand la créature couveuse est arrivée. Les miliciens l’appellent la Reine des Fangeux. Ella faisait au moins six mètres de haut.

 

 

La Reine des Fangeux

 

 

Nous sommes arrivés à la tuer et avons repris le contrôle des lieux. En réalité, ils avaient dans l'optique de récupérer et réalimenter une antenne pour emmètre un message de paix et de rassemblement pour tous les habitants de la région. Le but était de réunir ceux qui voulaient vivre ensemble et plus particulièrement des hommes humbles avec des valeurs de mon époque, ce dans quoi je me sentais bien et qui allait me permettre de retrouver Shaun sans perdre la boule.


Nous nous sommes empressé de lever les premiers édifices pour y installer, encore une fois, le minimum vital car ce coup-ci il n'y avait aucun robot pour s'occuper de la nourriture. Nous avons commencé par planter des pomates, des carottes sauvages, des melons et du blé. D'ailleurs cela me fait penser que vous vous demandez surement comment on pouvait reconstruire aussi facilement des camps de réfugiés ? La réponse n'est pas "les doigts dans le nez" ... loin de là.

 


Début des rénovations du chateau

 

Toutes les ressources que nous trouvions sur les lieux ne nous suffisaient absolument pas. Il fallait partir durant des heures (voire des jours) pour récolter la moindre pièce délabrée dans des maisons abandonnées, des commerces ou des usines. Vu tout ce qui rôdait de partout, c'était longuet, dangereux et souvent frustrant. Mais on arrivait tout de même à récupérer au fil des jours du bric-à-brac utile et nos efforts portaient de plus en plus leurs fruits. Par exemple, on avait réussi à créer un canon capable de tirer à plusieurs centaines de mètres, là où le tireur aperçoit une fumée bleue. Je n'avais plus qu'à balancer une grenade fumigène dans les alentours, à l’endroit où je voulais tout bombarder pour qu'ils fassent feu. On ne l'a pas utilisé souvent car j'ai toujours peur que des innocents tentant de rejoindre nos refugeations du chateaus y passent. Cependant son utilisation a été décisive quant à la longévité de notre prospérité contre les camps de super mutants voisins. Vous ne connaissez pas encore les supers mutants c'est normal puisqu'à ce moment de mon histoire, je n'en avais pas encore croisé.

 


Une image qui témoigne de notre force de frappe

 

 

Nous avons réparé le générateur d'électricité sans que cela nous pose le moindre problème, en 10 minutes l'antenne fonctionnait de nouveau. Heureusement que, des fois, les choses sur lesquelles on pense galérer durant un grand moment se déroulent mieux que prévu. C'est toujours bon à prendre pour l'engouement et repousser les limites dans le futur.

 

 

Le vieux (mais robuste) générateur du chêteau

 

 

Le dortoir prenait déjà forme pour pouvoir accueillir un max de population le plus rapidement possible. Je commençais à ressentir de la joie pour la première fois depuis ma sortie de l'abri. Déjà à ce moment-là, je ne savais plus combien de temps s'était écoulé depuis. Il faut dire que je me foutais bien de l'heure qu'il était et encore plus de la date puisque plus rien de ce que vous entreprenez de faire ne se basait sur le moindre calendrier. J’avais oublié que je pouvais toujours regarder sur le Pip-Boy. En fait c’est dingue comme vous perdez la notion du temps. Parce que le temps ne vous sert à rien quand vous devez juste manger, dormir et retrouver un être cher. Tout ce qui se passait n'était que du direct, on vivait à la minute et pouvions mourir à tout moment à cause de multiples raisons.

 

 

Construction du deuxième étage du dortoir du château

 

 

Etant donné que je commençais à cumuler des lieux sûrs où je pouvais me rendre pour me ressourcer et me reposer, j'étais plus libre dans mes déplacements et pouvais plus facilement établir mes plans d'actions pour retrouver mon fils. J'ai décidé de retourner là où j'habitais avec Nora et Shaun. Je savais que cet instant allait être douloureux pour moi. Pour que vous compreniez au mieux mon état, voici comment je me souviens de mon cartier la dernière fois que j'ai traversé le pont.


 

Le pont d'accès à Sanctuary Hills vers 2080 (côté village)

 

 

Et voici comment je le découvre 200 ans plus tard en traversant une nouvelle fois le même pont. J'ai un pincement au coeur car pour moi c'est comme si j'y vivais il y a encore quelques semaines de ça. C'est à ce moment-là que l'on se rend compte que la vie est complètement folle et qu'on n'est pas au bout de nos surprises.

 


Le pont d'accès à Sanctuary Hills vers 2280 (côté campagne)

 

Je devais aller voir ma maison et j’avais déjà la gorge serrée rien que d’y penser... Arrivé dans mon jardin, je me suis accroupi la tête baissée, seul face au triste sort de ma maison. Et puis il y a eu ce chien errant, amaigri qui s’est dirigé vers moi. Il s’est approché avec délicatesse. Un peu en marchant de travers pour me montrer qu’il était inoffensif et a posé sa tempe de fourrure usée contre l’arcade au-dessus de mon œil droit. Je l’ai caressé instantanément et serré très fort contre moi en versant quelques larmes. Ça faisait tellement de bien de pouvoir refaire un câlin à un être. Un signe surement ... comme s'il avait été envoyé par Nora pour me lancer une poussée d'espoir sur l'amour qui doit absolument perdurer à jamais. A partir de ce moment-là, on ne s'est jamais quitté. Je n'ai pas été bien créatif pour trouver son nom. A mon époque on avait eu un chien avec mes parents et ils lui achetaient des boites de viande pour chien qui portaient le même nom. D'un air un peu plus humoristique, avant de faire l’état des lieux de mon foyer dévasté, j'ai remonté le torse en prenant un ton fier pour m’adresser au chien: "Canigou, bienvenue chez nous !". Pour le coup, la suite de l'état des lieux fut beaucoup plus détendue.

 

 

Canigou qui prend ses marques

 

 

Pour me défouler et gérer mon stress j'ai commencé par rechercher de la nourriture pour Canigou et moi et j'ai nettoyé les alentours du quartier. J'ai commencé à rafistoler des équipements et quelques toitures qui pouvaient encore servir. Cela allait pouvoir assécher l’intérieur des maisons les plus habitables. J'avais tout simplement envie de m'approprier les lieux puisque ma maison était encore debout. Un jour je ramènerai de la vie ici et je repeuplerai les lieux avec de bonnes personnes. En tout cas je promets de venir apporter une nouvelle pierre à l'édifice lors de chaque passage que je ferai ici.


 

Le batiment en bois en chantier est le premier que j'ai construit à Sanctuary Hills

avec comme assistant Canigou.

 

 

J'ai dormi avec mon nouvel ami Canigou qui avait posé son corps osseux a quelques mètres de moi. Il semblait garder un oeil toujours ouvert sur moi pendant son sommeil, je me suis senti en sécurité. Et puis après tout, l'amitié d'un chien est vraie, c'est bien LE compagnon qui n'aura jamais de mauvaise pensée sur vous.


Au petit matin, nous avons quitté le quartier pour nous rendre juste à côté à la station-service où j'allais toujours acheter des chocobons. Ça faisait plusieurs fois que je croisais des véhicules abandonnés et me demandais s'ils pouvaient toujours fonctionner. Je devais être le seul sur la planète à savoir comment une voiture se conduit. J’espérai trouver au moins de l’essence.

 


Je me rappelle du mécano qui fumait souvent sa clope en jouant de l'harmonica au moment où j'arrivais.

 

 

Mais ma première mauvaise surprise en arrivant fut de tomber sur une horrible bestiole appelée "Ecorcheur". Elle avait des griffes stupéfiantes et je craignais qu'elle me tranche le corps entier en un seul geste brusque. Le souci était que, ni MacCready, ni les miliciens étaient là pour m'aider... juste Canigou, ma bite et mon couteau.

 

 

Analyse de la résistance de l'Ecorcheur avec le Pip-Boy

 

 

Mais nous l'avons eu au bout d'une bonne demie heure. Même si je n'en pouvais plus, j'ai passé ma journée à commencer à fortifier les lieux pour y vivre quelques jours. Comme vous vous en doutez je n'ai pas trouvé une seule goutte d'essence. Alors je me suis occupé d'aménager Sanctuary Hills et la station-service pendant une bonne semaine lorsqu'un beau matin, je vis arriver ce bon vieux MacCready. J'étais tellement content de le voir !

 

 

J'adore cette photo qui me rappelle cette belle journée quand mon pote est venu me rejoindre.

 

 

Je n'ai eu à peine le temps de lui présenter Canigou qu’il s’est pris une rafale de léchouilles sur la tronche. Il m’a de son côté présenté le petit groupe de miliciens qui l'accompagnaient mais je leur ai dit que je ne voulais pas de léchouilles. Comme ça faisait plusieurs jours que j'étais là, je savais que les lieux étaient maintenant beaucoup plus sûrs et leur ai proposé de rester dans le coin. Il fallait à tout prix que je répète ce phénomène d'installations de villages de fortune pour avoir plusieurs lieux où l’on pourrait vivre avec nos belles valeurs d’antan que j’ai connu. Je savais que mon nouveau devoir était de leur transmettre ça. Plus je me retrouvais dans ce que je suis habituellement et ce que je sais faire, plus je me persuadais que je retrouverai Shan.

 

 

Les premiers miliciens qui ont accepté de tenir la station Red Rocket.

 

 

J'ai décidé de construire une barricade tout autour de la station en pensant qu’il pourrait très bien y avoir un ou deux Ecorcheurs dans le futur. C’était peu probable mais il restait une petite chance. Et puis même si un seul Ecorcheur revenait, il serait capable de tuer tout un village.

 

 

Mise en place de la clôture qui entourera bientôt le relais routier Red Rocket

 

 

Un fois le contour terminé, j'ai commencé à lever une cabane sur le toit. Pendant que je travaillais, des odeurs d'écorcheur en grillade remontaient et ça faisait plaisir. Cette ambiance me faisait penser à mon époque quand on préparait les fêtes du quartier. Tout le monde mettait la main à la pâte, on entendait des gens rire, ça embaumait des odeurs de plats qui variaient selon les saisons. Je réalisais que ces gens n'avaient jamais connu ce genre de préparatifs de fêtes en communauté, mais vivaient tout de même ces situations avec toujours le même rituel. La transmission de gène s’était visiblement bien déroulée en 200 ans malgré les interférences qu'auraient pu créer les radiations, et ça c'était très appréciable que de pouvoir le constater.


 

Vue d'ensemble de Red Rocket en chantier

 

 

Le fait de construire sur la hauteur favorisait les postes d'observation pour prévenir des attaques certes, mais surtout pour pouvoir y installer des lampes et  avoir un point de repère la nuit lorsque je partais en exploration au loin. Même si j'habitais ici il y a deux cents ans, je ne reconnaissais plus grand chose la nuit.

 

 

Vue de la cour intérieure de Red Rocket en chantier

 

 

Nous avons aussi trouvé notre premier milicien motivé par la responsabilité de tenir un magasin. C'était une grande première ! Cela voulait dire que nous relancions le commerce et que des visiteurs allaient venir. Un sentiment de renaissance de l'humanité que, encore une fois, je devais être le seul à pouvoir ressentir. C'est d'ailleurs à ce moment-là que je me suis demandé comment toutes ces personnes auraient réagi si je les avais emmenées dans mon monde d'avant-guerre.


 

Cet habitant était ouvrier et vendeur dès que quelqu'un désirait acheter quelque chose.

 

 

Lorsque l'obscurité tombait des choses bizarres tentaient de rentrer. Quand j'ai vu cette main en pleine nuit en allant pisser contre la palissade, j'ai pensé à un semi-rêve de semi-somnambule. Mais après les avoir vu, je suis persuadé aujourd'hui que c'était celle d'un super-mutant.

 

 

J'avais tellement envie de lui pisser dessus ...

 

 

Ce qui était assez drôle c'est que les vaches avaient désormais deux têtes. Et ce qui était encore plus drôle c'est que, comme les chiens, celle-ci avait senti mon urine et levée la queue pour submerger mon marquage de territoire ... oui je sais c'est assez dégueu comme scène (deux tête, urine de vache etc...) mais c'était ce genre de chose qui constituait mon quotidien.

 

 

Une tête qui sent mon urine, et l'autre qui me regarde tranquillement. Ca fait bizarre la première fois croyez moi !

 

 

Je serai resté volontiers pour aider les nouveaux habitants au Relais Routier Red Rocket mais il fallait que quelqu'un aille chercher de la ferraille et autres composants utiles. La nuit j'osais m'aventurer en ville mais j'angoissai encore beaucoup à cette époque. D'ailleurs il n'était pas rare que je suive de loin un robot patrouilleur pour m'éclairer la voie. Lors de chaque excursion, je découvrais un peu plus ce navrant spectacle post-apocalyptique de l’horreur. J'ai surement dû oublier de vous en parler mais les Dollars n'existaient plus. Enfin si, en fait ils existaient encore et je trouvais d'innombrables billets verts lors de mes expéditions mais n'avaient plus aucune valeur. Les capsules de bouteilles en verre étaient devenues la monnaie courante et à force de voyager je commençais à en collecter un certain nombre.

 

 

La nuit je suivais les robot patrouilleurs pour plus de sécurité

 

 

Quelques jours après je suis passé devant une habitation (County Crossing) de deux personnes, un adulte et un enfant et je n'ai pas pu m'empêcher de leur apporter mon aide. Ils m’ont supplié de ne pas les laisser tomber. J'ai pensé à Shaun en imaginant comment j'aurai été s'il avait été avec moi. Effectivement je n'aurai pas eu cette même "tranquillité" et aisance à déambuler dans les terres désolées. Alors je suis resté quelques jours pour fabriquer une tourelle et leur apporter de la nourriture. L'homme de famille m'a donné son accord pour que j'indique à des personnes de Red Rocket ses coordonnées. Je crois qu'il était presque surexcité de savoir qu'il allait pouvoir cohabiter avec de futurs amis.


 

Cabane à County Crossing

 

 

Comme vous pouvez le constater j'ai passé plusieurs semaines à rassembler du monde. Du coup je commençai à être connu et des rumeurs sur "l'homme de l'abri" fleurissaient. Il y en avait une qui était fondée, c'était celle sur mon envie de retrouver Shaun. Et un beau jour, une habitante qui sortait de nulle part est venu me voir pour me dire qu'elle avait entendu parler d'un certain Shaun lors de son passage dans une ville au nom de Diamond City. C’est bizarre car je n’avais jamais entendu parler de cette ville. Son témoignage datait un peu visiblement mais étant donné que c'était ma seule piste j'ai foncé ! J'ai tellement foncé droit au but que je me moquais, ce coup-ci, du chemin que j'allais prendre. Je suis d'ailleurs tombé sur mon premier super-mutant. Putain je ne m'y attendais pas ! Mais j'ai réussi à me planquer dans un trou de souris qu'il ne pouvait pas atteindre puisque ces bestioles-là mesurent toutes plus de 2m10 et sont montées comme des ours. Je lui ai balancé au moins 60 bastos pour qu'il trébuche comme un gros lard sur un pic. Même si j'ai eu une forte réussite, le fait d'en avoir tué un m'a conforté. Et depuis ce jour, je savais que j'allais devoir en tuer beaucoup plus si je voulais explorer la région.


 

Mon premier super mutant empalé

 

 

MacCready était bien là avec moi mais s'était évanoui au moment où son regard avait croisé celui du super-mutant. Par contre il n'avait aucun problème à dégommer des dizaines de pillards. Il savait qu'il pouvait récupérer sur eux des objets de grande valeur, des munitions et surtout des armes.

 

 

MacCready ne laissait aucun objet sur les cadavres

 

 

Nous formions un duo de choc et je savais que je pourrai toujours compter sur lui. Nous nous étions bien battu, avions mangé des dizaines de steaks de radtaupe, trinqué à notre bonne santé il ne nous restait plus qu'à bien dormir pour atteindre Diamond City. Je commençais à me faire à cette nouvelle vie improvisée et la sortie de l'abri me semblait déjà lointaine.


 

Chacun sur son matelat tôt ce soir-là en vue de la grosse journée du lendemain

 

 

Les Images

Les jeux en relation

Les Avis des Gamers

Avis de Docteur Jones86
Le 16 Février 2017 - Par Docteur Jones86 -
Moyenne de l'article 20 /20

Un article génial et original où tu fais bien passer ta passion pour ce Fallout 4!!! C'est bien rédigé et bien illustré. Il est rare que je donne la note maxi mais là je suis obligé! Félicitations!

Aller en haut de page Haut de page
Rechercher uniquement dans :






Recherche avancée
connexion

Vous n'êtes pas identifié !

Pseudo
Mot de passe
Connecting