Oubli des identifiants ? - Inscription

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à mesurer la fréquentation du site et à la suppression de ce bandeau d'information. En savoir plus

J'accepte

Mon avis sur No Man's Sky - Le nouveau Space Opera de Pento !

Aller an bas de page Bas de page
  • Lire l'article
  • Les avis
  • Les Images
  • Les Vidéos
  • Jeux en relation

Mon avis sur No Man's Sky - Le nouveau Space Opera de Pento ! Mon avis sur No Man's Sky - Le nouveau Space Opera de Pento !

PC

Le 20 Août 2016 - Par PentoGGA - article lu 573 fois - Moyenne de 16,00

Fan de l'univers, et donc de tous les Space Opera qui le reproduisent dans les jeux vidéo, la musique ou dans les films, j'étais comme beaucoup très désireux de pouvoir enfin jouer à No Man Sky. Après tout, les annonceurs nous avaient promis un open-space en ligne dans lequel on pourrait se déplacer de planète en planète dans un univers infini pour explorer, commercer, combattre et crafter selon les ressources récoltées. Si vous avez déjà mis votre nez dans la presse depuis la sortie du titre, vous avez lu de très mauvaises critiques car reconnaissons-le, la promesse n'a pas été réellement tenue. Perso, je mets ça sur le compte de Sony qui a voulu imposer une date de sortie aux développeurs et n’avaient aucune intention de le vendre moins cher que ce soit sur console ou PC. Cependant il y a certains éléments du titre qui sont tellement réussis que je ne peux m'empêcher de tenir de grandes sessions dessus.

 

 

 

 


 

Sachez déjà que j'ai, à l'heure où j'écris cet article, une dizaine d'heures de jeu. Je vais vous expliquez dans les grandes lignes ce que j'ai fait et vous remarquerez que j'ai accompli des choses variées et qu'il me reste encore pas mal d'objectifs à réaliser. La critique générale vous révèle des grands titres du genre : "NMS, un jeu dans lequel il n'y a rien à faire et qui se répète" ... ce qui est complètement faux. Bon encore je peux comprendre la déception collective lorsque l’on repense aux premiers trailers qui représentent une faune et flore dense, pleine de vie ! Alors qu'en fait, vous allez manger des systèmes solaires comprenant des planètes désertiques, des fois même peu peuplées. Ce qui en fait est plutôt réaliste puisque dans l'espace, les planètes avec de la vie ... ben concrètement on n'en a pas encore trouvé. Vous pouvez voir ci-dessous le trailer qui nous avait fait tous baver.

 

 

 

 

 

 

Pour revenir à du crédible, voici ci-dessous deux images prisent lors de ma session. La plus désertique représente le genre d'environnement que j'ai le plus souvent rencontré quant à la densité de la vie. C'est sûr qu'à côté du trailer, ça pique un peu.

 

 

 

 

 

 

Voici maintenant une image de ce sur quoi on peut se poser. Par rapport à ce que nous montre le trailer c'est plutôt similaire et maintenant que je sais qu'il y a de telles planètes paradisiaques, ça me motive encore plus à partir à la découverte du néant.

 

 

 


 

 

La diversité des climats est immense et, étant donné que vous vous rapprocherez de la fin du jeu en vous dirigeant vers le centre de l'univers, vous avez de quoi faire avant d'y parvenir. Et oui, car No Man Sky ne se limite pas qu'à l'exploration et nous allons voir comment je suis parvenu à quitter la première planète sur laquelle je me suis crashé sans me souvenir de quoi que ce soit. Pour info, je n'ai pris les premiers clichés qu'à partir de 5 h de jeu. Le paragraphe ci-dessous va donc vous expliquer ce qu'il s'est passé durant ce temps en vous posant les bases du gameplay. Je terminerai l'article avec plusieurs images commentées.

 

 

 

J'étais quasi inconscient lorsque je me suis réveillé. A ma gauche, mon vaisseau fumait noir mais j'étais en vie. J'ai récupéré des objets et quelques ressources aux alentours jusqu'à ce que je puisse réparer mon vaisseau et remplir mes réservoirs d’énergie. Dans No Man’s Sky vous êtes dès le début équipé d’un petit flingue laser qui vous servira à récupérer tout genre de ressources en tirant sur des plantes, animaux ou surface solide pour certains minerais comme le fer. Si on doit passer plusieurs minutes en début de parti à se familiariser avec la récolte, c’est pour réparer son vaisseau et installer dessus de nouvelles fonctionnalités. Entre autres, les propulseurs qui vous aideront à décoller, ou les réacteurs qui vous permettront d’utiliser le boost, les propulseurs qui vous feront avancer à la vitesse de la lumière pour atteindre les planètes voisines voire même d’autres galaxies.

 

 

 

 

 

 

L’inventaire est très restreint et vous devrez jongler avec les cases vides pour n’y laisser que ce dont vous avez le plus besoins. N’ayez pas peur de jeter des choses, vous allez passer votre temps à récolter de toute manière, et les ressources ne sont, pour le moment en tout cas, pas si rares que ça si vous prenez le temps de vous déplacer à pieds quelques instants.

 

 

 

Les planètes possèdent chacune leur climat. Selon comment il est constitué, des barres de vies différentes apparaissent lorsque vous sortez de votre vaisseau. J’ai déjà dû gérer une barre de toxicité due à des pluies acides, une de chaleur car la planète provoquait des tempêtes de plus de 80°c, une barre de températures glaciales (jusqu’à - 93 °c), une barre de radiation due à l’air impure et irrespirable etc… mais une fois que vous rentrez dans une grotte, un bâtiment ou votre vaisseau ces barres remontent. Ce qu’il y a de bien c’est que vous avez le temps d’agir avant que chaque barre se vide. Il faudra tout de même faire attention de ne pas trop s’éloigner d’un point de restauration lors de vos explorations à pied.

 

 

 

 

 

 

Pour en revenir à mon expérience, j’ai réussi à décoller de cette première planète et ai atteint la première station spatiale dans laquelle j’ai rencontré un alien. Je ne comprenais rien à ce qu’il me disait au début, mais j’utilisais sa borne commerciale pour revendre des articles. La petite astuce pour vous faire pas mal d’argent est de rusher les astéroïdes que vous croisez dans l’espace en tirant dessus afin de blinder votre inventaire des ressources qu’ils délivrent et revendez les illico à la station.


 

 

 

 

 

Puis je suis reparti en exploration sur d’autres planètes inconnues. J’ai récolté durant des heures pour réussir à fabriquer des propulseurs qui me permettraient d’aller beaucoup plus loin dans l’univers. J’ai découvert divers monuments abandonnés qui m’ont appris des emplacements secrets. Là, je ne vous dis pas ce que j’ai trouvé pour que ceux qui y joueront ait un peu de surprise quand même. En tout cas j’ai appris énormément de mots qui me permettent maintenant de comprendre le langage des aliens que je rencontre. Cela facilite la possibilité de les aider lorsqu’ils me le demandent. Je suis loin de comprendre 100% de la langue mais j’y travaille.

 

 

 

 

 

 

Pour faire court, je ne vous parlerai pas du deuxième système solaire dans lequel j’ai pu me déplacer où j’ai appliqué quasiment les mêmes choses que dans le premier mais avec beaucoup d’attention croyez-moi, on se sent vraiment impliqué dans ce vaste bout d’univers inconnu.

 

 

 

 

 

 

Lorsque je suis arrivé dans mon troisième Système solaire, à peu près à 10 heures de jeu, mon destin a pris un virage énorme. C’est ce que je vais vous expliquer avec une suite de clichés. Notez que je vous ai dit pas mal de choses à savoir mais honnêtement, si vous voulez comprendre à quoi servent les arches trouvées, les bâtiments, les relais, savoir comment utiliser toutes les autres ressources alors attendez de faire le jeu car on apprend au fur et à mesure des heures passées. Je suis plutôt là avec cet article pour vous montrer mon expérience et vous prouver, que l’on s’imprègne sans problème de l’univers No Man’s Sky.

 

 

 

 

 


Je me suis rendu directement à la station spatiale et ai rencontré un alien qui ressemblait beaucoup à un singe. Etant donné que mes précédents voyages m’avaient permis d’apprendre la langue locale, j’ai compris qu’il me demandait de lui laisser mon arme car elle l’inquiétait. J’ai aussitôt accepté. Il a alors esquissé une sourire de satisfaction par rapport à mon accord d’obtempérer. Pour me témoigner de sa gratitude, il m’a offert une meilleure arme avec des emplacement en plus et de nouvelles technologies installées dessus. Comme quoi la diplomatie ça paye ! Voilà le nouveau jouet avec lequel je me déplace maintenant.

 

 

 

 

 

 

En visitant les planètes, j’en ai découvert une magnifique que j’ai mise en exemple en début d’article. Ça fait vraiment plaisir de se poser sur une planète aussi belle. Du coup on y reste longtemps et on n’a presque jamais envie de détruire les décors pour agrémenter nos ressources.

 

 

 

 

 

 

Puis j’ai atterri sur une planète, vers une sorte d’obélisque qui, quand je l’ai activée, m’a révélé la position d’un crash de vaisseau. Lorsque je suis arrivé sur place il fumait encore.

 

 


 

 

 

J’ai tout de suite compris que je pouvais le réparer. Il avait une place d’inventaire en moins que mon précèdent vaisseau mais sa taille est immense et il a carrément trop la classe !

 

 

 

 

 

 

Même si ça m’a valu une bonne demie heure de récolte aux alentours pour le retaper et l’alimenter en énergie, j’étais fier de mon acquisition car j’ai constaté par la suite via le réseau des marchands intergalactiques qu’il avait une valeur d’environ 1 000 000 d’unités (Argent du jeu). Moi qui n’avais qu’une fortune de 130 000 Unités en ayant économisé 10 heures durant, j’ai flairé la bonne affaire.

 

 

 

 

 

 

Même si tout ça est résumé en quelques lignes, pour en arriver là il m’a fallu beaucoup d’exploration, de réparation, d’échange avec d’autres marchants et de récoltes. Alors ça peut paraître répétitif pour certains mais pour les fans de sciences fiction c’est une aventure à entreprendre au plus vite. 60€ au final ce n’est pas du vol si on compte en durée de vie. Je préfère 100 fois acheter un No Man’s Sky qu’un jeu AAA qui dure 10 heures. Vous aurez même des énigmes à résoudre dans certains lieux pour accéder à divers savoirs. C’est ainsi que je me retrouve à aimer ce mélange d’action, d’aventure, d’exploration et de survie. Sans oublier le simulateur de vol qui vous plonge dans des combats dynamiques dignes des plus grands jeux de combats de vaisseaux spatiaux.

 

 

 

 

 

 

Je vous invite à visualiser toutes les images dans la bannière de l’article pour que vous vous rendiez compte des différentes atmosphères que j’ai pu ressentir en vous laisse imaginer l’infinité de couleurs ou de textures que vous allez pouvoir traverser. Pour un jeu d’exploration de l’univers c’est vraiment au top.

 

 

 

 

 

 

Pour ma conclusion je dirai que, comme vous vous en être probablement rendu compte, j’adore No Man’s Sky. J’avoue que si c’est le cas, c’est aussi parce que le jeu va être modé à fond à l’avenir et que j’espère des patchs avec le temps, un peu comme un Minecraft. C’est-à-dire que je peux être patient plusieurs années.  D’ailleurs ça me fait penser que vous pouvez renommer vos systèmes solaires que vous rencontrez et vos planètes. Lorsque vous ou un joueur tombe dessus, ils sont indiqués avec la date de découverte. Alors oui la probabilité que ça se produise est maigre mais qui sait ? Peut-être que dans 12 ans la biodiversité aura complètement changée sur ma planète Pentobiwan et c’est même peut être vous qui vous y rendrez pour le voir !

 

 

 

Les Images

Les Vidéos

Les jeux en relation

Les Avis des Gamers

Avis de Docteur Jones86
Le 23 Août 2016 - Par Docteur Jones86 -
Moyenne de l'article 16 /20

Un jeu annoncé depuis longtemps qui plus il présentait l'étendue de sa map il révélait ses limites. Le risque du monde ouvert c'est l'ennui et au fond rare son les jeux à allier monde ouvert et intérêt jusqu'au bout. Pour qu'un monde ouvert marche faut une histoire forte, des personnages charismatiques, des quêtes intéressante et une ambiance immersive. Sans ses quatre éléments ça marche pas, et c'est sans compter les différents aspects techniques qui rentrent en compte (gameplay, graphismes...).
A l'annonce de MNS j'étais fasciné. Voyagé dans l'espace c'est le rêve de tout geek. Mais plus je voyais des images et plus je me disais: "C'est Destiny avec le fun en moins!" En fait on est plus près de The Ark que de Destiny, mais ça a été mon ressenti pendant longtemps. Plus on a avancé dans le temps plus j'ai eu de réserves et depuis que le jeu est sorti j'ai encore plus de réserves. Le jeu a un côté inachevé, la faute à Sony je sais pas mais le fait est qu'il donne cette impression. J'ai regardé des vidéos, parlé avec des joueurs, lu des critiques...et au final il y a que deux personnes qui aiment le jeu, Pento et le célèbre Marcus. Mais les arguments que donnait Marcus était en la défaveur du jeu alors qu'il le défendait...curieux. Et c'est un peu l'impression que j'ai avec ton article. il est très complet, bien illustré et bien argumenté mais à aucun moment il me donne envie de me lancer dans l'aventure.

Aller en haut de page Haut de page
Rechercher uniquement dans :






Recherche avancée
connexion

Vous n'êtes pas identifié !

Pseudo
Mot de passe
Connecting