Oubli des identifiants ? - Inscription

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à mesurer la fréquentation du site et à la suppression de ce bandeau d'information. En savoir plus

J'accepte

Let's groovy tonight ou les chroniques d'un lombric cosmique!

Aller an bas de page Bas de page
  • Lire l'article
  • Les avis
  • Les Images
  • Jeux en relation

Let's groovy tonight ou les chroniques d'un lombric cosmique! Let's groovy tonight ou les chroniques d'un lombric cosmique!

NINTENDO Super NES

Le 07 Février 2015 - Par Docteur Jones86 - article lu 601 fois

Retour dans la passé, milieu des années 90 (une époque bénite) avec un héros complètement déjanté et adepte du second degré, j'ai nommé Earthworm Jim (Jim le ver de terre pour les puristes de la langue de Molière).

Pour ceux qui connaisent le titre, vous vous doutez bien que je vais me lâcher (en terme de blagues et calambours en tout genre) pour rester dans l'ambiance du jeu, alors ne soyez pas choqués et avant de me juger faite (ou refaite) un tour dans l'univers de Earthworm Jim.

 


Un ver qui a fait sont trou


Je vais vous parler d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître, un temps où les développeurs et les éditeurs en avaient assez dans le froc pour oser la nouveauté, l'originalité et le complètement déjanté. Les jeux de plates-formes étaient au sommet de leur art, chaque année voyait sortir plusieurs chef d'œuvres du genre (depuis la fin des années 80 en fait), mais le milieu des années 90 c'était vraiment le summum. Ben oui chers amis, c'était l'époque des Yoshi's Island, Donkey Kong Country, Sonic 3, Aladdin... Bref une époque dont la simple évocation me rend terriblement nostalgique, les larmes me viennent aux yeux, tombent sur mon clavier et risque de griller tout le PC...ah nostalgeek quand tu nous tiens!


Mais les sentiments c'est pour les lopettes alors laissez-moi introduire...euh qu'est-ce que je raconte-moi ? Laissez-moi vous présenter (ah c'est mieux) Jim le lombric ! Il y a une chose que vous devez savoir, Jim est en quelque sorte le petit frère d'Aladdin. Dit comme ça la filiation peut sembler bizarre, a moins que la maman ou le papa de notre voleur favori aient tapé dans la zoophilie. En fait le jeu est le fruit de l'imagination et des talents de David Perry a qui l'on doit (l'excellent) Aladdin sur Megadrive...bref le mec c'est une pointure surtout en ce qui concerne l'animation, il est aussi connu pour des titres comme Global Gladiators ou Cool Spot. Le titre est édité par Virgin Interactive pour les consoles 16-bits (Megadrive, SNES...), ici on va parler de la version Super Nintendo.


Un beau jour notre cher ver de terre tombe sur une combinaison spatiale qui va lui donner des super pouvoirs. Ainsi il devient plus fort, plus intelligent et obtient des pouvoirs spéciaux (faire l'hélicoptère avec sa tête, fouetter les ennemis avec son corps...). Inutile de s'étaler plus pour sur le scénario car même s'il est relativement riche en personnages, ce qui compte ici ce n’est pas l'histoire mais l'ambiance de malade mental ! L’ambiance faut-il encore adhérer au genre car c'est très scato...mais c'est tellement drôle les blagues pipi/caca ! D'ailleurs c'est là qu'on se rend compte qu'avant le censure pour les jeux vidéo étaient moins dur que maintenant, en 94 Earthworm Jim était présenté comme un jeu pour les gosses...aujourd'hui il serait interdit au moins de 18ans. Les temps changent comme le disait si bien MC. Solar! En tout cas les merdeux de mon époque trouvaient les aventures de Jim affreusement cool et outrant...cool et outrant, voilà ce qui résume au mieux le jeu et ce qui explique son succès.


Moralité: "Soyez outrant et vous ferez votre trou!"


 

 

Quand le mauvais goût devient beauté!


Earthworm Jim redéfini la beauté, à supposer qu'elle soit définissable. J'ai rencontré plein de filles belles au premiers abord mais terriblement moches dès qu'on prend le risque de les connaître...allez fréquenter la discothèque l'Op..a (ouai pas de pub^^) sur Chambéry et vous comprendrez que j'ai raison! Mon exemple ne marche pas avec Ribéry…  Mais quelle impolitesse, une fois de plus je m'égare et vous noies dans un de mes délires métaphysique (si si c'est métaphysiques, je l'assure!)...tout ça pour gagner des lignes dans mon articles, oh Docteur Jones tu es outrant! Mais l'outrance est de rigueur, ainsi mon article colle au jeu comme le papier colle aux bonbons!


Pour faire simple Eathworm Jim c'est un peu l'héritier de Tex Avery, le média est différent mais les intentions sont semblables. L'idée d'un délirium complétement assumé pour l'unique plaisir du spectateur, ou ici du joueur. Ce qui frappe en premier quand on se lance dans l'aventure c'est la qualité de l'animation et la sensation d'être dans un dessin animé, à la façon du Aladdin sur MD mais ici en mieux travaillé et surtout plus original.

 


 

 

Graphiquement c'est « énormissime », même si on n’adhère pas à la direction artistique, il faut reconnaître que c'est de qualité. Revenons sur cette direction artistique, pas de juste milieu, on aime ou on aime pas! Je vais me répéter mais ici c'est un grand délirium à l'humour pipi/caca voir scatophile...y a quand même un niveau où vous affrontez le Major Mucus au-dessus d'un lac de morve!

 

 

 

Dans la version Megadrive il y avait même un des niveaux qui se passait dans un intestin, niveau censuré et supprimé sur la version Super Nintendo. Mais c'est tellement bien réalisé qu'on se laisse prendre au jeu et éblouir par le titre, puis si comme moi vous adorez ce genre d'humour c'est que du bonheur. Jouer à Earthworm Jim c'est avant tout une bonne partie de rigolades et de fous rires. Remarquez ça dépend des moments tant le jeu est difficile, mais ça c'est une autre histoire.

 

En résumé, Eartworm Jim c'est un univers unique, du Tex Avery à la sauce SF avec un humour bien gras à gogo.

 

 

En ver et contre tous


Si Eartworm Jim est un modèle d'humour et est devenu culte grâce à cela, est-il un modèle sur tous ses aspects ? Prenons le gameplay par exemple. Sur ce point le titre est représentatif des jeux de l'époque estampillé VIRGIN, c'est approximatif. La qualité de l'animation se fait au détriment de la précision du gameplay, si dans le même genre on prend un Donkey Kong Country et bien il est largement supérieur aux aventures de notre ver sur ce point précis. Ce ne serait pas gênant si le jeu n'avait pas des passages délicats demande de la précision, mais comme c'est le cas, certains passages vont vous rendre fou!


 

 

 

Ce passage aquatique est magnifique mais vous allez vous arracher les cheveux. Le challenge proposé par le jeu est assez conséquent, voir même trop par moment, VIRGIN à fait un jeu difficile où des réflexes de Jedi sont conseillés. De plus on ne peut pas dire que le jeu soit vraiment court, pour de la plate-forme, voir le bout de l'aventure (sans codes) est un véritable petit défi...remarquez on en a pour son argent!

Maintenant que j'ai un peu cassé le jeu, il est de temps de revenir sur des choses positives, la musique! « Enormissime !» selon moi, elle correspond bien a l'ambiance déchantée du jeu. Le titre ne se privant pas de reprendre des classiques, comme c'est le cas dans le niveau "What the heck?"


 

 

 

 

Un véritable délirium, j'adore !


 

 

 

 

Remarquez que par moment l'OST se permet des sonorités SF du meilleur effet, je suis fan!

 

 

Un dernier ver


Pour bien conclure, un jeu qui mérite le détour pour ses qualités visuelles et son humour gras comme un cochon mais on regrette le manque de précision du gameplay et la difficulté du soft.

Ben dis donc, j'ai bien résumé mon article, je suis fier de moi!

Attention le gameplay n'est pas catastrophique non plus et le jeu n'est pas injouable, loin de là. Il demande juste une bonne dose d'attention et de patience.

Earthworm Jim est une pure réussite et mérite son statut de jeu culte, si vous avez l'occase n'hésitez pas et plongez dans cette aventure unique!


Les Images

Les jeux en relation

Les Avis des Gamers

Aucun avis pour le moment.

Aller en haut de page Haut de page
Rechercher uniquement dans :






Recherche avancée
connexion

Vous n'êtes pas identifié !

Pseudo
Mot de passe
Connecting