Oubli des identifiants ? - Inscription

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à mesurer la fréquentation du site et à la suppression de ce bandeau d'information. En savoir plus

J'accepte

Le canard déchaîné: The Lucky Dime Caper starring Donald Duck sur Master System

Aller an bas de page Bas de page
  • Lire l'article
  • Les avis
  • Les Images
  • Jeux en relation

Le canard déchaîné: The Lucky Dime Caper starring Donald Duck sur Master System Le canard déchaîné: The Lucky Dime Caper starring Donald Duck sur Master System

SEGA Master System

Le 11 Juin 2016 - Par Docteur Jones86 - article lu 919 fois - Moyenne de 19,00

Du rétro-Disney, ça faisait quelque temps que je n'avais pas rédigé d'article là-dessus... pas tant que ça, en fait, mais il faut dire que c'est un peu devenu ma spécialité parmi d'autres de mes spécialités.


En plus aujourd'hui je ne présente pas n'importe quel jeu puisque The Lucky Dime Caper Starring Donald Duck (oui c'est long comme titre) est un jeu de plateforme de la Master System, la petite 8 bits de chez Sega et que j'adore.


Trêve de blabla, découvrons ce titre au plus vite.

 

 

 

 

 

Donald autour du monde

 


Le jeu sort en 1991, c'est à dire un peu après Castle of Illusion (Master Sytem et Megadrive) et Duck Tales (sur NES) et la même année que Quack Shot (sur Megadrive). Inutile de dire que la paysage plateforme/Disney est déjà bien garni et que tirer son épingle du jeu n'est pas chose facile. Selon moi, The Lucky Dime Caper se pose comme un concurrent direct de Duck Tales dans la logique de la """guerre""" Sega VS Nintendo. Je ne vais pas reparler des jeux Disney sur Nintendo et ceux sur Sega car j'ai déjà développé ce sujet dans pas mal de mes articles. Quoi qu'il en soit, dans sa forme le Donald de la Mastersystem ressemble au Duck Tales de la NES : une carte, on choisit sa destination et on parcourt des niveaux représentants des régions du monde où les développeurs se sont amusés sur les clichés.


La raison d'un tel tour du monde, ses neveux ont été enlevés par Miss Tick. Il doit donc dans un premier temps les libérer, ensuite affronter les oiseaux sbires de Miss Tick et enfin l'affronter dans son château. Le tout est réparti sur 7 niveaux (Mexique, Egypte, Antarctique...), autant de lieux propices à l'aventure. La direction artistique, comme je l'ai déjà dit, s'amuse des clichés et elle le fait bien. C'est comme évoluer dans la carte postale de tel ou tel pays, alors ce n’est peut-être pas aussi inspiré que dans Duck Tales mais au niveau des graphismes pour de la 8bits c'est d'une beauté absolue, c'est tellement beau qu'on se demande si on est pas sur Megadrive.

 


 

 


Visuellement le jeu en impose, rien que sur ce point c'est un des meilleurs jeux sur support 8bits. C'est bien animé, c'est bien modélisé et il n'y a pas de ralentissement. Donald se permet même d'avoir des expressions comme l'impatience, pas de doute on tape dans le top niveau et remercions Sega. Le level design est bien, pas une référence du genre mais la qualité est là. Du coup on prend du plaisir à faire cette aventure car les développeurs ont bien fait ressortir l'aspect "cartoon" de Donald ce qui lui donne beaucoup d'attrait.


Tant qu'on est dans le côté "artistique" évoquons les musiques, toutes sympas, certes sans jamais être excellentes mais elles restent agréables et collent plutôt bien à l'ambiance.

 


 

 


Une deuxième pour la route,

 


 

 

 

Avouez qu'elles respirent la bonne humeur et ça c'est super cool !

 

 

 

Donald fait la loi !

 


Je vais répéter ce que j'ai déjà dit dans de nombreux articles, un bon jeu de plateforme (et un bon jeu en général) n'en est pas un s’il n'y a pas un bon gameplay. Comme The Lucky Dime Caper est un bon jeu il a donc un bon gameplay. La jouabilité est simple, Donald se déplace, saute et peut utiliser une arme. Il existe deux types d'armes, le maillet et le frisbee, ses armes servent d'énergie (comme dans un Mario), si Donald se fait toucher quand il a une arme il la perd et quand il se fait toucher sans arme il perd un point de vie. Il peut collecter des étoiles, au bout de cinq il est invincible pendant quelques instants. Un gameplay de base très simple, pas forcément original (même si moi je trouve que si) mais terriblement efficace. Seul les passages aquatiques sont un peu en dessous avec une maniabilité approximative.

 


 

 


La manette en mains, le canard est très agréable à diriger. Ce n’est pas un exemple de souplesse ou de fluidité mais ça reste bon et faut vraiment être un gros rageu pour le critiquer en mal.


Le jeu n'est pas aussi facile qu'il n'y parait, la difficulté est progressive et certain niveau demande d'être zen pour en arriver au bout. Un débutant le finira en 4h la première fois alors qu'un joueur confirmé peut le boucler en moins de 45 minutes.

 

 

 

Que retenir ?

 


Si je voulais être provocateur je dirais que The Lucky Dime Caper est la version du pauvre (pas en ce qui concerne le prix de la cartouche) de Duck Tales, ce qui n'est pas totalement faux puisqu'il est évident qu'il s'en inspire beaucoup, sans jamais l'égaler, et que Sega voulait son Duck Tales sur sa console. Mais c'est terriblement injuste de réduire le jeu à cela puisqu'il offre une ambiance géniale grâce au travail effectué sur les graphismes qui sont magnifiques et avec une ambiance "cartoon", un gameplay qui ne manque pas d'intérêt et dans l'ensemble un jeu qui met d'excellente humeur.


Bouder son plaisir serait une erreur terrible, The Lucky Dime Caper est (à mon avis) un incontournable de la Master System (ma reine des 8 bits).

 



Les Images

Les jeux en relation

Les Avis des Gamers

Avis de PentoGGA
Le 11 Juin 2016 - Par PentoGGA -
Moyenne de l'article 19 /20

Un article retro de ta part comme on les aime ! Pas facile en plus de le faire sur un jeu aussi court (45 min pour les amateurs du jeu comme le dit l'article). Manque plus qu'une vidéo faite par le grand Docteur Jones86 et je mets 20 ! Je garde espoir pour les prochains.

Aller en haut de page Haut de page