Oubli des identifiants ? - Inscription

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à mesurer la fréquentation du site et à la suppression de ce bandeau d'information. En savoir plus

J'accepte

King's Quest : Le chapitre 4 de la honte - PPS

Aller an bas de page Bas de page
  • Lire l'article
  • Les avis
  • Les Images
  • Les Vidéos
  • Jeux en relation

King's Quest : Le chapitre 4 de la honte - PPS King's Quest : Le chapitre 4 de la honte - PPS

PC

Le 07 Octobre 2016 - Par PentoGGA - article lu 798 fois - Moyenne de 17,00

Après plusieurs semaines (voire mois) d’attente, le quatrième chapitre de King’s Quest a enfin pointé le bout de son nez. Autant vous dire que je m’attendais à une belle finition pour cet opus puisque j’ai complètement adoré le tout premier chapitre, mais détesté le deuxième et le troisième. Pour ceux qui auraient loupé les tests que j’ai rédigés à leurs propos, voici comment y accéder.

 

 

Pento Press Start : King's Quest Chapitre 1


PPS : La déception des chapitres 2 et 3


 

C’est donc pour cette raison que j’attendais un effort sur ce quatrième. Quand j’ai vu qu’ils tardaient à le sortir je me suis dit que les développeurs prenaient leur temps mais que c’était un mal pour un bien. J’ai pris la chose du bon poil et me disais qu’ils voulaient absolument sortir THE chapitre qui allait relever la réputation de la série. Je ne vous cacherai pas que, étant donné que ça faisait plusieurs mois que je n’avais pas interagi avec le Roi Graham, j’étais très enthousiaste à l’idée de reprendre la manette. Mais après une heure de jeu, je poussais déjà des soufflements et exprimais un regard vide de mec blasé … je vous laisse imaginer comment j’ai poursuivi en sachant que je trouvais que ça allait de pire en pire jusqu’à la fin. Les erreurs des deux chapitres précédents se sont de nouveau manifestées et en puissance 10 ce coup-ci.


 

 

 

 

Les graphismes

18/20

 

 

Les cinématiques sont magnifiquement animées et les scènes font penser à un grand dessin animé sorti de gros studios. Les doublages sont excellents et la mise en scène est réalisée par des professionnels de l’animation il n’y a aucun doute là-dessus. D’ailleurs j’ai adoré une scène dans laquelle Graham et son fils arrivent dans une salle où semble s’offrir à eux une énigme ultra-complexe. Graham devient complètement speed et excité rien que de penser qu’il va devoir élucider tout ça, alors que son fils en a déjà ras la casquette. C’est à ce moment qu’on assiste à une scène où Graham exprime son engouement à son fils à la manière du génie dans Aladdin de Disney lorsqu’il sort de sa lampe pour la première fois. Il joue un enchainement de mini sketch pour tenter d’égayer l’autre en lui faisant subir une prestation énergique et comique. Mais c’est bien là le problème, moi ce que je voulais c’est jouer à un jeu d’aventure en faisant plein de recherches qui auraient demandées de faire des d’allers-retours dans divers tableaux. Et bien non, si vous êtes rapides à résoudre les énigmes, vous aurez plus souvent des phases de dessin animé que de gameplay. C’est d’ailleurs complètement frustrant qu’après une longue cinématique vous repreniez le contrôle de Graham et après avoir fait une dizaine de pas une nouvelle se déclenche.

 

 

 

 

 

 

Le scénario

08/20

 

 

Le scénario n’est pas non plus le pire mais est tellement mal amené ! L’humour est là, il n’y a aucun problème là-dessus, sauf peut-être quelques blagues lourdes sorties en plein phase de gameplay. C’est-à-dire qu’à n’importe quel moment où vous pensez avoir enfin le temps de jouer un peu, une cinématique démarre pour que la vanne soit lancée par un personnage et ça devient très relou à termes. Alors que dans un jeu d’aventure qui se respecte, le personnage aurait lancé sa petite vanne en marchant avec vous, ce qui aurait fait esquisser un petit sourire et puis c’est tout. Et bien non, ici pour chaque mot sorti, il faut quasiment à chaque fois assister à une cinématique. Comme si les développeurs étaient trop fiers d’eux pour les dialogues et nous forçaient à y être attentifs pour ne pas les rater.

 

Je ne vais pas vous expliquer le scénario car c’est encore la seule chose qui pourra vous faire tenir jusqu’au bout. Cependant, dès le début Graham se fait kidnapper son fils lorsqu’il est encore bébé. Ce dernier revient dix-huit ans plus tard et là par contre la scène est plutôt vide d’émotion. Il arrive comme un cheveu sur la soupe et tout le monde a l’aire de trouver ça cool et normal. Son fils n’a aucun charisme et endosse le rôle d’un petit con qu’on déteste tout simplement. Alors je ne dis pas, je suis d’accord qu’il faut comprendre que le père et le fils n’ont pas grandi ensemble, mais je peux vous certifier que si ça avait été amené avec plus de profondeur, ça aurait vraiment pu être émouvant.

 

 

 

 

 

Les énigmes

02/20

 

 

Là on rentre clairement dans la partie « grosse daube » de mon expérience. Ce que je critiquerai en premier est le fait d’avoir la manette en main et juste devoir faire avancer Graham. Vous n’imaginez pas toutes ces phases où l’on arrive dans un lieu en se disant « Ca y est ! Les hostilités et le creusage de méninges vont pouvoir s’opérer ! » et que vous vous rendez compte qu’il n’y a aucun élément interactif. Au début je me suis même demandé si ce n’était pas un dessin animé dans lequel j’allais juste devoir faire avancer le perso jusqu’à la prochaine réplique. Puis on arrive peu à peu dans le vif du sujet en se rendant compte du bas niveau des énigmes. Des blocs à bouger, à placer à la Tetris ou encore des mini-jeux déjà croisés dans des épisodes précédents comme ce style de jeu d’échec vu dans le premier chapitre.

 

 

 

 

Je ne vais pas vous les expliquer à l’écrit, juste spécifier que toutes les énigmes sont vues et revues, qu’elles n’ont pas vraiment d’originalité et qu’elles se ressemblent toutes. Je vous propose d’aller visionner l’épisode Pento Press Start en bas de page pour visualiser à peu près ce grand foutage de gueule au niveau du manque de diversité (et du reste d’ailleurs). En plus de çà, elles se font toutes dans des salles de palais glacé et ce décor vous gonflera très vite. A chaque fois que j’arrivais dans une nouvelle salle, je poussais un soufflement de ras le bol rien que de voir des énigmes à quadrillage et ce décors encore et toujours.

 

Vous assisterez aussi à une longue scène de devinettes/charades pour trouver les bons objets parmi d’autres présentés sur des tables. Franchement se résumer à ça c’est vraiment du jamais vu pour la qualité promise sur un tel titre.

 

 

 

 

 

La durée de vie

04/20

 

 

Perso, j’ai mis 2 h 30 mais si vous êtes un grand habitué du genre vous ne mettrez qu’une heure et demi. NO COMMENT …

 

 

 

Conclusion

08/20

 

 

Si j’essayais de deviner pourquoi King’s Quest perds tous les atouts, qui faisaient de lui un jeu excellent, au fur et à mesure que s’enchainent les épisodes, je dirai que les développeurs de gameplay ont pris la tangente et qu’il ne reste plus que les dessinateurs pour les cinématiques. Figurez-vous que votre inventaire ne vous sert absolument pas dans cet opus, sauf pour apporter les objets sur une table dans la séquence des charades. C’est bâclé, tout est trop rapide, tout le travail de recherche d’objets est fait à notre place, on n’a rien d’autre à faire que de se rendre à un point précis en supportant les dialogues en cinématiques qui cassent le rythme et les énigmes simplistes qui alourdissent le tout. Malgré tout j’attends de pieds ferme le cinquième et dernier chapitre. Et même si j’ai l’air de penser le contraire, je vous jure que je ne rêve que d’une chose, écrire un article plein d’éloges à son sujet … sinon je vais vraiment me mettre à chialer ;) .

 

 



 

 

Les Images

Les Vidéos

Les jeux en relation

Les Avis des Gamers

Avis de Docteur Jones86
Le 08 Octobre 2016 - Par Docteur Jones86 -
Moyenne de l'article 17 /20

Sierra à trahi un de ses classiques...dommage car il y avait matière à faire un truc de bien. Tu pointe bien du doigt ce qui ne va pas, bon trvail!

Aller en haut de page Haut de page
Rechercher uniquement dans :






Recherche avancée
connexion

Vous n'êtes pas identifié !

Pseudo
Mot de passe
Connecting