Oubli des identifiants ? - Inscription

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à mesurer la fréquentation du site et à la suppression de ce bandeau d'information. En savoir plus

J'accepte

final XIII-2 : pari réussi ?

Aller an bas de page Bas de page
  • Lire l'article
  • Les avis
  • Les Images
  • Jeux en relation

final XIII-2 : pari réussi ? final XIII-2 : pari réussi ?

MICROSOFT XBOX 360

Le 29 Février 2012 - Par looping - article lu 651 fois - Moyenne de 16,00

Pour beaucoup de gamers, la série final fantasy a toujours été une des plus appréciées. Depuis le 6ème épisode, considéré encore maintenant comme le meilleur rpg de tout les temps, la série n'a cessé de faire des émules sur 4 générations de consoles.



Les qualités sont sans doute connues de tous mais néanmoins pour les néophytes ou les nostalgiques, j'aimerais les rappeler en quelques mots. Final , c'est avant tout un univers! Les concepteurs ont toujours énormément bossés le background pour délivrer un univers cohérent, bourrés d’éléments qui renforcent une immersion des plus jouissive. Faire un Final, c’est vivre un rêve éveillé. Le gros plus, c’est que c’est univers est sans cesse renouvelé. Jusqu’à peu, aucun Final ne ressemblait aux précédents. Bien sur, des éléments récurrents se retrouvent (les mogs et chocobos) mais pas en tant qu’éléments clés, plutôt comme sympathiques mascottes. De même les scénaristes ont toujours pondu des scénarios magistraux autour de différents thèmes : l’écologie dans le 7, l’amour dans le 8, l’identité dans le 9 etc. Suivant une narration de plusieurs dizaines d’heures ponctuées de combats épiques et de cinématiques majestueusement orchestrées, le joueur s’engouffre littéralement comme dans les meilleurs films ou les meilleurs livres. Final a élevé le jeu vidéo au rang d’art, et je pourrais parler des heures de la galerie impressionnantes de personnages jouables ou non tous plus charismatiques les uns que les autres. Qui n’a été pas été conquis par Rouge 13, Vincent, ou encore Freya ou même le petit bibi ( le petit mage noir profondément gentil à la recherche de sa destinée dans le 9 ). Qui pourrait cracher sur des méchants aussi classieux que Séphiroth ou Kuja ?


N’ayant pas fait le 13, premier opus sur console next-gen, j’étais donc plein d’envie envers ce numéro XIII-2. D’autant plus qu’il semblait corrigé les erreurs de son fortement critiqué prédécesseur, trop linéaire, sans magie et même sans âme pour les plus sévères.
Le jeu commence sur les meilleurs augures avec une cinématique dantesque montrant Lightning aux prises avec un ennemi des plus puissants et motivés à lui faire la peau. Petite phase de jeu à dos de cheval ou l’on peut apercevoir les possibilités de combat. Une fonction automatique qui peut sembler à première vue une bonne chose, car un des défauts de la série et des rpgs en général c’est leur nombre parfois fastidieux de combats ; Pour tous ceux qui veulent progresser dans la narration, les phases de level-up pour affronter un boss récalcitrant sont parfois une torture. Alors un grand bravo pour l’idée d’écourter ces combats avec une fonction automatique qui pré-sélectionne les attaques en fonction de la stratégie. Malheureusement dans les faits, cela enlève tout intérêt au jeu pour la simple et bonne raison que les combats sont ultra simples et les games over occasionnels vous ramène juste avant avec les pv au max. Résultat : vous ne perdez rien à perdre !! C’est quand même un comble pour un jeu. D’autant plus que l’on pourrait encore passer outre si vraiment l’aventure proposée se démarquait positivement. Hélas, et ce n’est qu’un avis personnel, cela sent le réchauffé à plein nez. Si le concept des voyages dans le temps reste une bonne idée, elle est ici exploitée de manière très minimaliste. En effet, les scénaristes auraient pu faire l’effort de développer les tenants et les aboutissants des paradoxes. Une cinématique montrant les différentes destinés du monde et les changements occasionnés n’auraient pas été du luxe. Au lieu de çà, nous nous retrouvons avec les mêmes décors avec seulement la couleur du décor qui change ou quelques pnj en plus ou en moins. Bref, un défaut majeur qui empêche grandement de s’intéresser à l’histoire proposée. Tout le contraire des valeurs qu’un Final propose habituellement.


Si les héros proposés sont intéressants, il est qu’en même dommage que leur nombre soit limité à deux. Certes le rpg occidental ne vous propose d’incarner qu’un seul perso mais quand même, c’est dommage de se limiter ainsi. Habituellement, un Final propose une dizaine de persos tous merveilleusement stylisés. Ainsi les équipes formées divergent toujours avec celles de ton voisin. Et cette notion d’échange est mis à mal ici car le système de monstres proposé ne remplace pas des compagnons en chair et en os, avec leurs histoires et leurs tourments propres à chacun. Le système de monstres est sympathique mais encore une fois pas tout à fait sans défaut. Il aurait été appréciable de faire apparaître la courbe d’évolution de chaque monstre au lieu d’une simple indication (prometteur, précoce etc) qui nous fait dépenser inutilement des boosts. De même aucune indication nous montre les effets actifs des compétences de soutien proposé. Je regrette également que les fusions proposées ne changent pas l’apparence des monstres comme dans Jade Cocoon par exemple. Voilà une idée simple qui peut améliorer le capital sympathie d’un soft !!
Pour finir, et pour ne pas évoquer que les points noirs, je rajouterais que ce Final n’est pourtant pas inintéressant. Il incite à réfléchir sur les dangers des voyages dans le temps, sujet des plus passionnants ! Le grand méchant Caius est finalement très humain, tourmenté par une destinée terrible certes, mais qu’il est classe !!! Noel tire très bien son épingle du jeu. Mystérieux visiteur du futur, je me suis demandé tout le jeu quelle surprise il nous réservait. J’ai vu la première fin disponible et je m’en contenterais car j’attendais une telle fin depuis longtemps. De nombreuses fins sont disponibles et si elles ne nécessitaient pas d’arpenter encore et encore les mêmes zones étriqués j’aurais sans doute trouvé le courage car square reste un modèle en matière de cinématiques. Pour évoquer la musique, elle est à l’image du jeu, très inégale. Quelques thèmes magnifiques se disputent avec du métal des plus ignobles. Finalement cela révèle bien le paradoxe du jeu. Vouloir étonner et séduire en s’inspirant des nouvelles tendances sans pour autant renier tous les acquis. Alors pari réussit ?


Je laisse chacun juge, pour m’a part je le recommanderai aux plus jeunes, aux novices mais pas aux véritables amoureux de la série. Le renouveau n’est pas encore là les amis ! Prions que le versus XIII nous donne un nouvel espoir en attendant un XIV anthologique !

 

Les Images

Les jeux en relation

Les Avis des Gamers

Avis de Docteur Jones86
Le 29 Février 2012 - Par Docteur Jones86 -
Moyenne de l'article 16 /20

Final Fantasy XIII fut pour moi une grande déception, j'ai connu la série à l'époque des épisodes sorties sur PSX, et je doit bien avouer qu'avec ce 13ème opus les développeurs se sont bien foutu de la figure des vieux fans de la série.
Avec ce XIII-2 je n'attend pas grand chose, malgré certaines bonnes critique qu'il a pu avoir.
D'ailleurs ton article relativise bien les qualités de ce nouvel opus et il met en avant certains défauts que les critiques se sont bien gardés de nous dévoiler. Surement que je ferrai ce FF XIII-2 quand son prix sera inférieur à 15€ car j'ai vraiment aucune conviction envers ce jeu tant le précédent m'a laissé un goût d'amertume!
Sinon ton article est bien rédigé même si il est un peu court.

Aller en haut de page Haut de page