Oubli des identifiants ? - Inscription

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés à mesurer la fréquentation du site et à la suppression de ce bandeau d'information. En savoir plus

J'accepte

En live de chez Moe

Aller an bas de page Bas de page
  • Lire l'article
  • Les avis
  • Les Images
  • Les Vidéos
  • Jeux en relation

En live de chez Moe En live de chez Moe

NINTENDO Super NES

Le 10 Octobre 2010 - Par Vicekrispies - article lu 710 fois - Moyenne de 16,29

Voilà enfin l'heure de mon premier test officiel, et je dois dire que l'envie était grande de débuter par un petit A Link To The Past ou autre Super Mario World, mais bon en guise de préparatifs, rien ne vaut un jeu méconnu, voir considéré comme moyen, comme ça si mon article est du même calibre, on pourra toujours dire que c'est pour rentrer dans le concept.

 

 

En effet, quel retro gamer en pleine discussion passionnée sur la Super Nes aurait l'idée pour le moins saugrenue d'évoquer ce Bart's Nightmare, ce jeu dépassant les limites de l'étrange, constamment oublié, malgré la prestigieuse licence dont il s'inspire? Mettons en exergue le cas du trentenaire lambda ex fan de Thierry Hazard (oui c'est juste pour l'exemple), que nous ne nommerons pas Mr X par souci d'originalité, regardant sa photo de classe de 5ème. "Ah que de souvenirs" se dit il. Et c'est avec nostalgie qu'il repense fébrile à la bonasse de la classe qui'il convoitait secrètement, qui depuis à vêlé d'une paire de triplés, conçus avec l'aimable participation d'un mec désormais déserteur, à l'approche de la vingtaine, au petit binoclard qui'il prenait un malin plaisir à tabasser à la sortie parce qu'il avait les félicitations et s'exprimait convenablement, aux kékés qu'il avait pour modèle parce qu'ils plaisaient aux filles... "et là c'est Mme Van de Putte la prof de français, elle est partie en dépression en milieu d'année!" s'écrie t-il. Mais quand son regard croise celui dans le vague du mec discret de la classe, celui dont tout le monde pensait qu'il avait été fini à l'urine d'alcoolique, vivant à priori dans l'astral, passant ses cours à dessiner ses camarades se faisant mutiler pendant qu'eux se battaient afin de savoir qui avait la plus grosse... règle Tekken (c'est pas pour me vanter mais au collège c'était moi qui l'avait eheh), sa seule réaction est "tiens je l'avais omis celui là", si tant est qu'il possède un semblant de vocabulaire, ce qui n'est pas gagné. "Mais maintenant je m'en rappelle, il était bizarre lui!".

 

 

Bizarre... A peine le bouton "power" enclenché, retentit un cri strident, puis CA (voir la vidéo), bref, le premier mot qui nous vient à l'esprit est bien celui là. Pour ma part, ayant joué à ce soft enfant, le chant que l'ont croit percevoir de cette musique représentait Smithers déclamant un hymne maléfique mais néanmoins efféminé à la gloire de Burns... On est pas sérieux quand on a 10 ans, mais on est un poète pervers qui s'ignore...

 

 

Le jeu narre l'histoire de Bart Simpson (celui là même qui s'est fait voler son rôle de vedette de la série par Homer dès la 3ème saison, on ne devrait jamais faire confiance aux proches), devant rendre pour le lendemain un devoir qu'il n'a jamais commencé alors qu'il l'avait noté dans son agenda depuis des mois. Il décide donc de s'atteler à la tâche, mais étant donné l'ampleur de cette tache que même Omo n'aurait pu faire partir (non je viens de faire une blague de niveau CE2, de ce fait je ne ferai pas une autre blague sur Smithers) il s'endort malencontreusement sur le sus cité devoir. Nous nous retrouvons donc plongés en plein rêve, durant lequel les feuilles de l'exposé s'envolent par la fenêtre. Dès lors le jeu prend une dimension métaphysique que même Freud ne pourrait rationnaliser, puisque, selon le nombres de feuilles retrouvées, Bart aura une plus ou moins bonne note dans le monde réel.

 

 

Nous nous retrouvons ainsi dans Springfield, renommé, si ma mémoire me fait moins défaut que celle du fan refoulé de Thierry Hazard, "le monde venteux" dans l'oeuvre d'Acclaim. Nous commençons donc dans une phase de recherche, à arpenter les rues, en esquivant des ennemis émanant d'un onirisme assez particulier. Ainsi Lisa est représentée sous forme de fée nous transformant en crapaud, nôtre silhouette normale ne pouvant nous être rendue que si l'on se fait embrasser par "la vieille aux chats" (!) que tous les habitués de la série connaissent. Ce rêve est tellement chelou qu'il existe même une sorte d'ennemi que je n'ai pas réussi à identifier, il s'agit de gros mollards verdâtres représentant une tête rappelant vaguement le faciès de Flanders coiffé d'un couvre chef venu tout droit du pays du concepteur de Tetris. Nous constatons à ce stade une particularité qui se déclinera sur l'ensembles des phases du soft, la jouablité se révèle assez lourde... Les dangers abondant, cela le rend très ardu. Ce qui n'empêche pas de vouloir progresser tant les idées folles regorgent de chaque pixel. Quand nous trouvons une feuille, il s'agit de lui sauter dessus (!) et nous sommes transportés dans un monde parallèle, si tant est que nous puissions le définir de la sorte, où un choix est donné entre deux portes de couleurs différentes, chaque couleur représentant un monde, chaque monde étant doté d'un gameplay propre. Le monde de Bartzilla nous invite au bourrinage pur et simple, celui ressemblant à Indiana Jones est basé sur la réflexion, tandis que celui D'Itchy et Scratchy est un peu un survival horror (très) simplifié ou nous devons tenir les assauts répétés des 2 mammifères. A ce propos, il est vraiment jouissif de dégommer Itchy, véritable métaphore animée de la société, qui sous des apparats mignonnets se révêle être une vraie garce. Enfin dans mon cas, oui, c'est jouissif.

 

 

Si il fallait donner mon avis, et en l'occurence, il le faut, je dirai que Bart's Nightmare est un produit flirtant éternellement avec les limites de l'étrange, peu contrôlable, impossible à ranger dans une case, parfois énervant, mais avec lequel on aurait pu passer de très bons moments si on avait persisté à faire l'effort de le connaître... Ca ne vous rappelle pas une certaine photo de classe?

 

Les Images

Les Vidéos

Les jeux en relation

Les Avis des Gamers

Avis de As Tchuss
Le 23 Mai 2011 - Par As Tchuss -
Moyenne de l'article 12 /20

Ben moi je ne comprends pas parce que il n'y a pas beaucoup d'images, ni de vidéos ... Vous étiez peut être plus indulgents en 2010 ;-)

Avis de vispacem
Le 16 Octobre 2010 - Par vispacem -
Moyenne de l'article 15 /20

Sympa ce premier article, toutefois la nostalgie des années collège se taille un peu la part du lion au détriment du sujet, mais on sent la vague les souvenirs qui remontent et ce phénomène est connu de tous les joueurs d'un certain âge...

Avis de Kenyo
Le 14 Octobre 2010 - Par Kenyo -
Moyenne de l'article 18 /20

A Link To The Past tu t'es fais devancer mais super article, cool la point d'humour

Avis de Yssak
Le 12 Octobre 2010 - Par Yssak -
Moyenne de l'article 17 /20

Bonne article, motivant pour la suite, les simpsons sont vraiment terrible !!!

Avis de Soluce Man
Le 11 Octobre 2010 - Par Soluce Man -
Moyenne de l'article 17 /20

J'ai adoré ce jeu car c'est un des vieux souvenir de mon enfance, je me souviens aussi que la difficulté est super hard !!!

Avis de PentoGGA
Le 11 Octobre 2010 - Par PentoGGA -
Moyenne de l'article 17 /20

Ta réflexion comme quoi Bart s'est fait voler la vedette par Homer dès la 3 ème saison est exact. Je ne m'en était pas aperçu mais en y repensant c'est pas faux ^^. Article bien détaillé.

Avis de Docteur Jones86
Le 11 Octobre 2010 - Par Docteur Jones86 -
Moyenne de l'article 18 /20

Je suis fan des Simpson mais je n'ai jamais joué à ce jeu.
En tout cas ton test, à la fois philosophique et comique, est une vrai réussite...j'ai hate de voir ton article pour Link to the past;)

Aller en haut de page Haut de page
Rechercher uniquement dans :






Recherche avancée
connexion

Vous n'êtes pas identifié !

Pseudo
Mot de passe
Connecting