Oubli des identifiants ? - Inscription

L'art de la guerre à la sauce Payne

Aller an bas de page Bas de page
  • Lire l'article
  • Les avis
  • Les Images
  • Les Vidéos
  • Jeux en relation

L'art de la guerre à la sauce Payne L'art de la guerre à la sauce Payne

PC

Le 04 Novembre 2011 - Par Multifragman - Moyenne de 18,40

Il paraît que la vengeance est un plat qui se mange froid. Selon Maxou, elle se mange, se remange et on a l’impression qu’il en redemande… Le petit bébé (petit mais costaud) des développeurs de Remedy fête ses 10 ans cette année et a déjà connu une suite en 2003 ainsi qu’un troisième épisode en cours de développement chez Rockstar. L’annonce de ce dernier me donne justement l’occasion de revenir sur le premier Max Payne du nom.


Chéri, t'aurais bien besoin d'un lifting!


A l’heure de la HD qui envahit nos écrans, revenir aux vieux jeux pixellisés est toujours un peu délicat. Ça passe mieux quand on a connu le titre en question à sa date de sortie et l’accès reste difficile aux non initiés. C’est comme découvrir Perfect Dark (le premier, pas la bouse ultime qu’est le deuxième) à l’heure actuelle sans y avoir joué à l’époque. Notre héros évoluera donc dans un univers assez moche, on peut le dire, mais non dénué de charme. Je pense surtout aux faciès assez originaux qui contribuent à l’aspect comique du titre, ça fait d’ailleurs assez contraste avec le reste… La tête de "pseudo ahuri vengeur" du héros, ainsi que d’autres caricatures faciales d'agents secrets (etc…) restent inoubliablement drôles aux yeux du joueur avide de bonnes surprises. Mise à part ça, la qualité graphique est assez banale pour un jeu datant de 2001. Il est difficile d'évaluer un jeu d'après son design comme nous le savons tous et ça devient encore plus difficile quand il a plus de 10 ans.


Quoi ma gueule? Qu'est-ce qu'elle a ma gueule?

 

En résumé, Max Payne ne séduira pas sur ses graphismes, loin de là, mais plutôt sur d’autres points que nous verrons plus loin dans ce test.


Je saute en tirant et j'aime ça…


Et oui, Maxou aime sauter (sur) tout ce qui bouge, surtout quand il en prend plein la tronche et c'est son choix. Une des facettes du gameplay qui surprend immédiatement après quelques minutes de jeu, c'est le fameux "bullet-time". Ainsi Max, à défaut de le remonter, peut ralentir le temps autour de lui dans la limite d'une jauge représentée par un sablier afin de mieux dézinguer ses ennemis. Il faut avouer, c'était et ça reste vachement bien fait et ça contribue grandement à la soif de sang montante et au plaisir du joueur! Vous pourrez ainsi choisir entre plusieurs options selon l'envie, l'humeur ou plus simplement votre style de jeu. Le "bullet-time uniquement" ralentit le temps d'un simple clic et vous laisse libre de vos mouvements mais la contrepartie, c'est la dose importante du sablier consommée à chaque seconde qui passe. Le "shoot dodging uniquement", mon préféré, permet à Max de sauter gaiement dans les airs (sans avoir à se soucier de sa santé, non non!) et de flinguer les méchants comme un vrai bad boy, tout cela au ralenti bien sûr et sans perdre une seule goutte de bullet-time (bon, ok un peu quand même). Le "combo bullet-time" vous permettra de mixer les 2… à vous de découvrir comment! Vous pourrez sélectionner ces différentes méthodes et les attribuer à des touches dans le menu options du jeu. On regrettera quand même de ne pas pouvoir rouler-bouler afin de ne pas dire bonjour aux charmantes balles tirées par ses ennemis en fin de saut. En effet, on se retrouve régulièrement par terre sans défense comme un c** si on n'a pas choisi le bon angle de saut avec la bonne couverture et ça peut devenir lassant vu que les vilains peuvent se révéler très précis! Si vous choisissez de ne pas utiliser le bullet-time, vous remarquerez que le niveau de difficulté peut très vite tourner au cauchemar. Ceci dit, ça reste faisable mais en mode fugitif (débutant, normal, rookie, noob, y'a plein de termes possibles).

 

It's bullet-time baby!


La barre de vie est remplacée par une image de Max en bas à gauche de votre écran (à côté du sablier). Plus elle est élevée, plus vous êtes mal barré! Les antalgiques sont la seule source de soin du jeu mais heureusement assez courants. Vous en trouverez le plus souvent dans des armoires à pharmacie disséminées un peu partout dans le jeu. On passera sur le fait que notre cher Max peut bizarrement encaisser un nombre quasi incalculable de balles sans mourir grâce à… des médicaments… bon, c'est vrai que s'il devait se faire opérer à chaque fin de mission, ça pourrait devenir long… on pourrait jouer à docteur maboulbat-boy (---> pour les initiés uniquement, voir image suivante).

 

Captain Baseballbat-boy


Le moteur physique du jeu avait été bien travaillé à l'époque. On pourra donc faire bouger Max assez facilement sans avoir de problème de maniabilité. On pourra essayer d'ouvrir tout les containers (armoires, tiroirs…) mais pas forcément avec succès! Les angles de caméra sont corrects et la vue à la troisième personne appréciable pour ce type de jeu, voir capitale si on y réfléchit un peu. En effet, je vois mal comment il aurait pu adapter une vue à la première personne… Les interactions avec d'autres personnages sont assez limitées mais ça peut se comprendre étant donné la propension du héros à flinguer tout ce qui bouge! Pas de "bonjour, ça va?" mais plutôt "Crève et donne moi ton gun!"

 

Max se balandant au mileu des cadavres... la routine quoi!


Au niveau de l'armement, on dispose d'un arsenal à faire pâlir un Space Marine, c'est vous dire! Beretta, Desert Eagle, Fusil à Pompe, Uzi, grenades etc… de quoi donner du fil à retordre aux inconscients qui auront le malheur de croiser votre route. D'ailleurs, on se demande où il peut bien ranger tout ça notre cher Maxou? Et une autre petite incohérence, une! Allez, une petite astuce pour la route. Si vous déclenchez un rechargement avec votre arme juste avant un shoot dodging, votre arme sera miraculeusement rechargée instantanément! C'est pas beau ça? Merci les bugs! Y'en a pas des masses, je vous rassure mais c'est tellement bon de profiter des défauts d'un jeu parfois…


Max la menace


Ce n’est pas pour rien qu’il s’appelle Payne! (Pain = douleur) Imaginez un héros sérieusement atteint, désabusé et qui n’a rien à perdre, ça vous donne un petit cocktail explosif digne des plus grands psychopathes! Et c'est bien là l'atout principal de ce jeu! Pour faire court, Max bosse pour le NYPD, la police de New-York et ne parvient toujours pas à accepter une opportunité de carrière à la DEA, l'agence américaine de lutte contre le trafic de drogue. Il bosserait sous couverture, ce qui pourrait perturber sa vie de famille. Sa femme, son enfant, ses habitudes… son rêve américain en somme. Tout partirait en fumée et il le sait bien. L'histoire commence par le retour de l'homme à son foyer après une dure journée de labeur…

Le scénario de Max Payne nous plonge dans les tréfonds obscurs de l'esprit humain. Une sorte de descente aux enfers façon bullet-time pour que le joueur ait le temps de s'imprégner de l'univers et se sente concerné par les événements de l'histoire, un peu comme si les scénaristes voulaient nous faire partager la douleur du héros, et pas que les balles qu'il se mange à tout bout de champ. Au fil du temps, il passe du simple flic, mari attentionné et amoureux au démon, flingues en pogne, qui étanche sa soif de vengeance au détriment de son équilibre mental… Dès le début du jeu, l'histoire nous est racontée en roman photo avec voix off. Les images défilent en fonction de votre progression dans le jeu. Une façon originale et sacrément efficace de dévoiler la suite du scénario et qui influe grandement sur l'envie d'en savoir plus du joueur! On devient vite accro et c'est avec plaisir qu'on se laisse emporter par Maxou et ses aventures dramatiques et sauvages. Là où Max passe, tout le monde trépasse! (tout le monde ou presque).

 

Quelques petits extraits


A noter que si on loupe un passage du roman, et là je pense surtout aux pauses pipi et/ou/pasenmêmetemps coca, on pourra le revoir et ce, à partir du début jusqu'à la progression en cours en appuyant sur F1. Je vous livre ici un petit extrait qui montre l'aspect comique décrit un peu plus haut (et oui, y'a pas que du sang et des tripes).

 

La triste vérité...


Le bullet-time, ça rallonge pas tout…


Bon c'est sûr, dans la vraie vie, la durée de vie réelle de Max aurait été d'environ 5 minutes. Mais au risque de surprendre quelques nerds, on est pas dans la vraie vie.......... désolé (© Michel Denisot). Rassurez-vous, elle est plus de l'ordre d'une dizaine d'heures que de 5 minutes. C'est sûr, quelques petites séquences de recherches d'antalgiques et d'armes, des petits tests du genre "et si je saute du toit, ça me tue ou pas?", ça rallonge mais pas assez on se dit quand même qu'on aurait aimé en voir plus!

Point négatif donc mais on a l'habitude maintenant…

 

Des éditeurs, mods et skins viendront néanmoins prolonger la durée de vie du jeu si vous souhaiter mettre un peu les mains dans le cambouis.

 

Voilà ce qu'on peut faire avec un éditeur


"Je m'appelle Payne, Max Payne"


Si les dialogues sont impeccables en anglais, ils sont limites minables en français, sauf peut-être la voix de Max qui ressemble à quelque chose. L'adaptation française peut foutre le jeu en l'air, pour peu qu'on soit regardant sur ce point. En anglais, la voix rauque et grave de Max avec son air blasé nous plonge directement dans l'ambiance noire du jeu, et ça c'est bon! Seul regret, le dosage du son entre les bruitages, la musique et les dialogues. Souvent, on n'entend vraiment rien quand deux personnages se parlent et qu'une explosion a lieu en même temps (et les explosions, c'est pas ça qui manque). Autre cas, la musique couvrant beaucoup trop les dialogues, ça devient un charabia incompréhensible!

Les musiques sont plutôt bonnes. Personnellement, je préfère que certains passages ne soient pas accompagnés, ça rends l'action plus intense. Mais on retiendra surtout l'excellente musique de l'interface d'accueil qui pousse à l'immersion avant même de commencer le jeu et qui la prolonge une fois qu'on découvre l'histoire.

 


Conclusion


Un scénario béton, des séquences de combat bien pensées, un effet bullet-time ravageur… Le concept de l'anti-héros par excellence qui se retrouve coincé dans le rôle du justicier solitaire, un concept déjà abordé mais pas souvent aussi brillamment! Beaucoup de points positifs qui ne feront qu'attirer les gamers à la recherche de sensations fortes. Max Payne détient sa place dans l'histoire du jeu vidéo et compte bien la garder encore quelques temps. En tout cas, il le mérite largement.


Graphismes : 13/20

Jouabilité : 18/20

Scénario : 20/20

Durée de vie : 13/20

Bande Son : 15/20


Note : 16/20

Les Images

Quoi ma gueule Qu'est-ce qu'elle a ma gueuleIt's bullet-time baby!Captain Baseballbat-boyMax se balandant au mileu des cadavres... la routine quoi!Quelques petits extraitsLa triste vérité...Voilà ce qu'on peut faire avec un éditeur

Les Vidéos

Les jeux en relation

Les Avis des Gamers

Avis de FufuAkina
Le 10 Mars 2012 - Par FufuAkina -
Moyenne de l'article 18 /20

Tres bon article celui-ci me donne même envie de l'acheté et de le testé.

Avis de Sarah
Le 01 Décembre 2011 - Par Sarah -
Moyenne de l'article 20 /20

Voilà ce que j'appelle du grand art !

Avis de Docteur Jones86
Le 05 Novembre 2011 - Par Docteur Jones86 -
Moyenne de l'article 17 /20

J'ai fait ce jeu il y a 4ans sur ps2...un jeu sympa avec un univers bien particulier très sombre et très violent!
Ton article est très bon, aucun doute là dessus, même si tu aurais pu plus te plonger dans le contexte en ce qui concerne les graphismes!

Avis de Aixperiencelan
Le 05 Novembre 2011 - Par Aixperiencelan -
Moyenne de l'article 18 /20

Excellent ! Merci bien de cet article Multifragman.. Mais maintenant, je vais devoir ressortir le jeu et y jouer de suite :)

Avis de Pento
Le 04 Novembre 2011 - Par Pento -
Moyenne de l'article 19 /20

Quel retour en force !! t'as tout défoncé Multifragman, il est grandiose ton petit test qui nous rappelle ses douces sensations de Bullet Time ^^ Moi je me souviens que les jambes , quand il sautait de côté, elles étaient un peut à la zèdobé mais c'était super marrant !

Aller en haut de page Haut de page
Rechercher uniquement dans :






Recherche avancée
connexion

Vous n'êtes pas identifié !

Pseudo
Mot de passe
Connecting